CEPRID

L’Occident face au jugement final : le procès pour génocide d’Israël en Afrique du Sud

jeudi 29 février 2024 par CEPRID

Alberto Cruz

CEPRID

Les débuts

La plainte de l’Afrique du Sud devant la Cour internationale de justice contre Israël pour génocide à Gaza va devenir décisive pour déterminer le statut moral et le degré de pourriture de l’ensemble du cadre international hégémonisé par l’Occident. Celle de son ordre et de ses règles, de ses valeurs et de sa morale (ironie et sarcasme).

Il y a 84 pages de dénonciation détaillée qui peuvent être résumées comme suit :

Tuer des Palestiniens à Gaza, y compris une grande proportion de femmes et d’enfants (environ 70 %) des plus de 21 110 morts et certains semblent avoir été sommairement exécutés.

Causer de graves dommages physiques et mentaux aux Palestiniens de Gaza, y compris des mutilations, des traumatismes psychologiques et des traitements inhumains et dégradants.

Provoquant l’évacuation forcée et le déplacement d’environ 85% des Palestiniens de Gaza, y compris les enfants, les personnes âgées, les malades et les blessés. Israël est également à l’origine de la destruction massive de maisons, de villages, de villes, de camps de réfugiés et de zones entières de Palestiniens, empêchant le retour d’une proportion importante du peuple palestinien dans ses foyers.

Provoquer la faim, la famine et la déshydratation généralisées chez les Palestiniens assiégés à Gaza en empêchant une aide humanitaire suffisante, en coupant suffisamment de nourriture, d’eau, de carburant et d’électricité, et en détruisant les boulangeries, les moulins, les terres agricoles et d’autres moyens de production et de subsistance.

L’absence de fourniture ou de restriction de la fourniture de vêtements, d’abris, d’hygiène et d’assainissement adéquats aux Palestiniens de Gaza, y compris aux 1,9 million de personnes déplacées à l’intérieur du pays. Cela les a forcés à vivre dans des situations dangereuses de misère, avec des attaques et des destructions régulières de lieux de refuge et des meurtres et des blessures parmi les personnes qui les abritent, notamment des femmes, des enfants, des personnes âgées et des handicapés.

Ne pas fournir ou garantir la fourniture de soins médicaux aux Palestiniens de Gaza, y compris les besoins médicaux créés par d’autres actes génocidaires qui causent des lésions corporelles graves. Cela se produit par des attaques directes contre des hôpitaux, des ambulances et d’autres établissements de santé palestiniens, le meurtre de médecins et d’infirmières palestiniens (y compris les médecins les plus qualifiés de Gaza) et la destruction et la désactivation du système médical de Gaza. Détruire la vie palestinienne à Gaza, en détruisant ses infrastructures, ses écoles, ses universités, ses tribunaux, ses bâtiments publics, ses archives publiques, ses bibliothèques, ses magasins, ses églises, ses mosquées, ses routes, ses services publics et autres installations nécessaires pour soutenir la vie palestinienne en tant que groupe. Israël tue des familles entières, efface des histoires orales entières et tue des membres éminents et distingués de la société.

Imposer des mesures visant à empêcher les naissances palestiniennes à Gaza, y compris par la violence reproductive infligée aux femmes, aux nouveau-nés, aux nourrissons et aux enfants palestiniens.

La CIJ est la plus haute instance juridique de l’ONU pour traiter les différends entre États et pour violer les obligations conventionnelles de l’ONU. Le fait que cette affaire ait été intentée par l’Afrique du Sud est dû au fait que la Palestine n’est pas un État (par le travail et la grâce non seulement d’Israël, mais de l’Occident). L’un de ces traités de l’ONU est la Convention sur le génocide, qui est définie par le droit international comme « des actes commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux ». Bien sûr, il ne fait aucun doute que c’est ce qui se passe à Gaza.

Mais pas seulement maintenant, mais depuis longtemps, plus de 75 ans, dont les 17 dernières années avec le blocus imposé à Gaza. Déjà à l’époque, lorsque le blocus a commencé, qui « a mis les Palestiniens de Gaza à la diète », l’ONU a averti que « des conditions qui ne permettent pas la survie de la population étaient en train d’être créées ». C’était à l’époque. Aujourd’hui, le chef des affaires humanitaires de l’ONU, Martin Griffiths, a dû reconnaître (3 janvier) que la situation à Gaza est que la bande de Gaza est « inhabitable » parce que « les gens sont confrontés aux niveaux d’insécurité alimentaire les plus élevés jamais enregistrés ; La famine est à nos portes. Et pas seulement. Le rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à un logement convenable, Balakrishnan Rajagopal, a déclaré (9 janvier) que « la Cour internationale de justice devrait examiner l’étendue des dégâts et des maisons détruites à Gaza dans le cadre de l’affaire de génocide contre Israël ». En outre, l’une des dispositions de la Convention sur le génocide est l’interdiction absolue de l’incitation au génocide. Les politiciens et les commandants militaires les plus importants d’Israël (qui devraient être considérés comme le Quatrième Reich) ont indiscutablement violé cette section de la convention.

Pas d’illusions

Il ne faut pas se faire d’illusions. Lors de l’audience de ces deux jours, les 11 et 12 janvier, la CIJ décidera seulement si elle est compétente ou non pour connaître de l’allégation de génocide. Et cela prendra plusieurs semaines ou mois pour communiquer. Au mieux, une série de mesures provisoires seraient adoptées, qu’Israël et ses soutiens occidentaux ignoreront (les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont déjà déclaré qu’ils n’accepteraient pas une condamnation) parce que la CIJ n’a aucun moyen d’appliquer ses peines. Il existe de nombreux précédents à cet égard, et dans le cas d’Israël et de ses soutiens occidentaux, il y a celui publié en juillet 2004 déclarant illégal le mur israélien en Cisjordanie. Non seulement le mur n’a pas été démoli, mais il a été étendu. Curieusement, ou pas si curieusement, le président de la Cour suprême israélienne de l’époque, qui n’a pas respecté la décision de la CIJ, a représenté Israël devant la CIJ dans cette plainte sud-africaine.

Et il convient de noter que la CIJ ne prendra aucune décision finale sur le génocide avant une audience approfondie de l’affaire, et cela prendra des années. Le délai moyen pour une résolution de la CIJ est de sept ans, bien qu’il y ait eu des cas où cela a pris 15 ans. Cependant, ce sera l’heure des comptes pour l’Occident. Le peu de crédibilité qui lui reste sera lié à ce qui est dit ici, compte tenu de l’inaction palpable de la Cour pénale internationale (rappelons que l’accusation de Poutine en tant que « criminel de guerre » a été faite d’office, et en seulement six mois), bien que des pays comme le Bangladesh, la Bolivie, les Comores, l’Afrique du Sud et Djibouti aient formellement demandé à cette institution d’enquêter. Israël a le soutien de l’Occident parce que ces néo-colonialistes ont presque autant à craindre d’un verdict contre Israël qu’Israël lui-même. Ils ont fortement soutenu le génocide, les assassinats, et des pays comme les États-Unis et la Grande-Bretagne ont envoyé des armes au régime sioniste, ce qui en fait des complices en droit, et pas seulement de facto.

Compte tenu de la complexité politique qu’une condamnation ou même l’examen de l’allégation de génocide impliquerait pour l’Occident, la pression diplomatique et politique sur la CIJ est évidente, surtout si l’on considère d’où viennent les juges : Australie, Brésil, Chine, France, Allemagne, Inde, Jamaïque, Japon, Liban, Maroc, Somalie, États-Unis, Ouganda et États-Unis. Apparemment, il y a une majorité non occidentale, mais c’est là que réside la pression, malgré le fait que sa composition soit le produit d’un vote de l’Assemblée générale des Nations unies ratifié par le Conseil de sécurité. Bien sûr, aucun juge occidental ne votera contre le Quatrième Reich sioniste.

L’objectif stratégique

L’objectif stratégique est que la demande ne soit pas acceptée. Ce serait un triomphe évident pour le Quatrième Reich sioniste et pour l’Occident. Mais le plus urgent est qu’aucune mesure provisoire ne soit ordonnée si elles sont prises, comme la cessation des attaques. C’est là le nœud du problème et c’est pourquoi Israël dit maintenant qu’il retire certaines troupes et qu’il poursuivra son agression d’une autre manière.

Ce qu’a fait l’Afrique du Sud – dont la dénonciation a été soutenue par la Bolivie, la Jordanie, la Malaisie, les Maldives, le Nicaragua, la Turquie, le Venezuela et l’Organisation de la coopération islamique, ainsi que par plus de 800 organisations du monde entier, y compris la Coalition internationale pour exiger la fin du génocide en Palestine – c’est de mettre l’Occident dans une impasse et, surtout, essayer d’empêcher l’anéantissement du peuple palestinien de Gaza avant qu’il ne soit trop tard. Et cela va se répercuter sur l’Occident, qu’il le veuille ou non. Parce que s’il y avait une décision au sens dicté par le bon sens (quelque chose qui n’existe pas en Occident), ce ne serait pas seulement le Quatrième Reich sioniste qui aurait des difficultés juridiques, ce qui n’a pas d’importance pour lui, mais l’Occident très « démocratique » parce qu’il devrait cesser d’armer Israël et faire quelque chose auquel il n’est pas habitué : Ne pas se conformer à quelque chose comme cela signifierait qu’il n’y a plus de rideau pour considérer l’Occident comme « démocratique » parce qu’il serait, formellement, « complice d’un génocide ».

Israël est trop important pour l’Occident. Et l’image « démocratique » est trop importante pour l’Occident. Ni l’un ni l’autre ne doivent être remis en question.

Mais il y a des mais. Le Canada, le Danemark, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas ont intenté une action en justice contre Myamnar pour génocide contre les Rohingyas en 2020, affirmant qu’ils « sont soumis à un régime alimentaire de subsistance, à l’expulsion systématique de leurs maisons et à la fourniture de services médicaux essentiels en dessous du minimum requis ». Et la CIJ l’a accepté. Un avant-goût de ce qui se passe à Gaza ! Mais ici, les vassaux occidentaux se taisent quand c’est avec l’appui du maître que le crime est commis.

L’Occident viole depuis longtemps le droit international (Irak, Yougoslavie, Irak encore, Afghanistan, Libye, Syrie, Cisjordanie, Gaza…), et il l’a fait en toute impunité parce qu’il contrôle tous les instruments, mais maintenant il est dans la phase finale, voyant son hégémonie disparaître. C’est pourquoi ces deux jours sont les jours du jugement dernier. Ce qui se passe ici sera décisif pour déterminer le degré de putréfaction en Occident, qu’il s’agisse de ce que l’on voit déjà ou plus.

Les Sessions

En tant que tribunal de l’ONU, cette organisation n’a eu d’autre choix que de diffuser les deux sessions, celle du 11 avec les arguments de l’Afrique du Sud et celle du 12 avec ceux d’Israël. Et cela a été deux jours de clarification parce qu’une issue de secours a été laissée ouverte à l’Occident, la seule issue de secours pour sauver la face et ne pas condamner le régime sioniste.

La première chose a été d’entendre les juges représentant l’Afrique du Sud et Israël prêter serment d’impartialité. Les choses commençaient déjà à grincer quand on entendit le représentant sioniste le faire sans transpirer. Comme je l’ai dit plus haut, c’est l’ancien président de la Cour suprême d’Israël qui, à ce titre, a refusé de se conformer à la décision de la CIJ de 2004 sur l’illégalité du mur. Impartial de l’avis de tous, bien sûr. Mais ce n’est pas tout : en sa qualité de juge, il a accepté toutes les formes de répression des Palestiniens par l’armée sioniste comme « légales pour la sécurité nationale » et, en particulier, a refusé à plusieurs reprises de s’élever contre le programme israélien de démolition des maisons palestiniennes en guise de punition collective. Et cet homme impartial est, d’ailleurs, considéré dans le IVe Reich comme un « progressiste ».

La deuxième chose, c’était de voir la cour, ces 15 personnes et, surtout, les Occidentaux. J’avoue que j’ai fait mes devoirs avant, comme pour l’allemand. L’Allemagne est le pays le plus farouchement anti-palestinien au monde, après le Quatrième Reich et les États-Unis. Et il est également gouverné par des soi-disant « progressistes ». Mais ce type a une réputation de rigueur, il sera donc intéressant de savoir quel est son vote, si le juridique ou le politique prime. Cependant, les pressions sont d’un tel calibre qu’il ne s’écartera pas du scénario occidental.

Et tout a commencé, avec l’Afrique du Sud qui a lancé une accusation très dure contre Israël et sans tomber dans le piège des « progressistes » qui ont condamné auparavant la résistance palestinienne, le Hamas en particulier. Onze lignes dactylographiées représentent environ une minute de parole, et l’Afrique du Sud a dit la vérité dans cette minute : « les Palestiniens ont souffert de 75 ans d’apartheid, 56 ans d’occupation et 13 ans de blocus ». Il y a encore quelques blocus, mais ce n’était pas mal du tout parce que l’histoire ne commence pas le 7 octobre avec l’attaque de la résistance palestinienne, mais beaucoup plus tôt. Cette attaque, c’est l’effet, c’est la cause qui se trouve il y a 75 ans. Et il a commencé l’histoire de ce qui était inclus dans le document de plainte de ces 84 pages mentionnées.

La seule issue de secours

Mais ce qui est intéressant, ce n’est pas ici, plus que ce que l’on sait, mais dans la façon dont l’Afrique du Sud a abordé ce qui est important, parce que c’est ce sur quoi tout l’Occident s’appuie pour faire pression sur la CIJ afin qu’elle n’accepte pas le procès : la compétence de la CIJ et le rôle de l’Afrique du Sud dans l’introduction de l’affaire parce que c’est là que se trouve le nœud du problème pour l’Occident et pour que le régime sioniste, l’emportent. C’est la voie d’évasion que l’Occident possède, tout est légal. C’est la question de compétence qui va tout déterminer. Israël a eu recours à l’habituel : l’Holocauste. Et dire que Gaza n’est rien d’autre que « la brutalité de la guerre », que la dénonciation sud-africaine ne cherche rien d’autre que la délégitimation d’Israël et que si quelqu’un doit être accusé de génocide, c’est bien le Hamas. Et, bien sûr, le droit à la légitime défense.

Et il est allé plus loin dans la voie de l’évasion : que l’Afrique du Sud n’a pas le pouvoir de dénoncer le Quatrième Reich parce qu’il n’y a pas de différend entre les deux pays. En l’espèce, le tribunal a accordé une attention que je n’ai pas vue dans d’autres affaires. C’est la chose décisive, rejeter l’action en justice pour des raisons de procédure et ne pas tomber dans le piège. Tout cela est légal, mais la pourriture occidentale s’accélérera si elle se produit.

Au vu de ce que nous avons vu, s’il y avait déjà peu d’espoir en raison des précédents des arrêts de la CIJ, qui n’a aucun moyen de les faire respecter, il ne faut pas s’attendre à de grands miracles. Mais ces deux jours ont été cruciaux pour l’Occident et ses « valeurs ». Il va lui être difficile de garder la tête haute après tout ça parce que l’Ouest est clairement le portrait de Dorian Gray (l’excellent livre d’Oscar Wilde).

P.S.- Au moment où j’ai soumis cet article pour publication, un autre procès contre Israël devant la CIJ a été révélé. Il vient d’Indonésie et se concentre sur l’occupation illégale des terres palestiniennes.

Alberto Cruz est journaliste, politologue et écrivain. Son nouveau livre s’intitule « Les sorcières de la nuit. Le 46e régiment d’aviateurs soviétiques « Taman » pendant la Seconde Guerre mondiale », publié par La Caída avec la collaboration du CEPRID et qui en est maintenant à sa troisième édition. Les commandes peuvent être passées à libros.lacaida@gmail.com ou ceprid@nodo50.org On peut également le trouver dans les librairies.

albercruz@eresmas.com


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 4125232

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Territoires  Suivre la vie du site Internationale   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2p + ALTERNATIVES

Creative Commons License