CEPRID

Accélération de la dédollarisation de l’économie mondiale

vendredi 30 juin 2023 par CEPRID

À cet égard, nous devons être très attentifs à ce qui vient de se passer, avec l’attaque de drones contre le Kremlin. Cela n’a pu avoir lieu sans l’implication directe des États-Unis et cela ne manquera pas de semer la peur et la confusion. L’auteur de l’article qui souligne le fait que les Etats-Unis et ceux qui les suivent c’est-à-dire ce qu’il désigne comme une opinion publique occidentale “très crédule” (on le serait à moins vu l’état de la totalité des partis politiques et des médias) sont mûrs pour toutes les provocations militaires y compris nucléaires alors que l’essentiel de la bataille se joue sur le terrain économique et que sur ce terrain-là la situation se dégrade pour l’hégémonie des USA.

Alberto Cruz

Le CEPRID

La guerre aujourd’hui est plus qu’un simple fait militaire. Et la Russie, en agissant comme elle le fait en Ukraine, le démontre. En fait, la guerre militaire n’est pas la vraie guerre aujourd’hui : elle est économique. Le FMI vient de le reconnaître dans une statistique révélatrice (1) dans laquelle il parle de la façon dont l’année 2022 s’est terminée en monnaies de réserve, et note que le dollar, tout en continuant sa domination, a été au plus bas niveau de tous les temps depuis qu’il est devenu la monnaie dominante après avoir cassé l’étalon-or.

À la fin de 2020, il représentait 60,5%, en 2021 59,15% et en 2022 58,38% en tant que monnaie de réserve mondiale. Le déclin est évident. Lentement, mais évident et inexorable. D’autant que ce n’est pas seulement le dollar, mais l’euro qui est également en baisse : en 2021 il représentait 22,38% et en 2022 20,48% comme monnaie de réserve mondiale. En réalité, ce sont toutes les monnaies occidentales qui sont en déclin. Elles deviennent toxiques pour le reste du monde non occidental.

Il y a même ceux qui disent que le pourcentage de réserve du dollar est plus faible, qu’il est vraiment à 47%, mais tenons-nous en aux chiffres « officiels » du FMI. Bien qu’il doit y avoir quelque chose car, pour donner un fait concret, Israël vient de réduire le poids du dollar dans ses monnaies de réserve de 66,5% à 61%. Une décision que le Brésil a également prise en mars.

La décision d’Israël est importante en soi, pour ce que ce pays est pour les États-Unis et pour ce qu’il signifie pour le reste du monde. Parce que si un ami agit comme ça, qu’est-ce que les ennemis feront alors. Et c’est que, selon ce rapport du FMI, les réserves monétaires mondiales en dollars ont chuté de 450 000 millions. Près d’un demi-billion de dollars hors circulation en un an. Pas mal. C’est déjà un triomphe pour la Russie.

De l’Asie au Moyen-Orient, de l’Amérique latine à l’Afrique, la vague de dé-dollarisation est imparable. Ce n’est pas encore un tsunami, mais c’est plus qu’un simple raz-de-marée. C’est déjà une onde de tempête, avec des perspectives de mer agitée.

La Russie, l’Iran, le Venezuela, surtout, étudient déjà et/ou utilisent déjà la monnaie numérique cryptée. Les Émirats arabes unis, l’Inde (en particulier) utilisent de plus en plus leurs monnaies dans les accords commerciaux – ce que font également les premiers pays. Le Brésil et l’Argentine disent qu’ils vont établir une monnaie commune et veulent que d’autres pays d’Amérique latine les rejoignent. Les pays de l’Union africaine promeuvent une mise en œuvre accélérée du Système panafricain de paiement et de règlement ; l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est parle d’un « mécanisme intrarégional de règlement monétaire » ; les BRICS font ce qu’ils veulent…, et l’Arabie saoudite vient de prendre une mesure qui, si elle est confirmée, transformera l’onde de tempête en mer agitée ou agitée pour l’Occident : elle vend du pétrole pour des yuans. Mais ce n’est pas tout, ces yuans sont convertis en or sur le Shanghai International Gold Exchange (2).

Cela à un moment où le yuan dépasse le dollar et devient la monnaie la plus utilisée dans les transactions transfrontalières de la Chine (3) : 48,4% contre 46,7%. Et il n’est pas encore internationalisé. Cela est dû en grande partie à l’engagement de la Russie envers le yuan, puisque le commerce entre les deux pays est déjà de 70% dans sa propre monnaie et que la part de la monnaie chinoise sur le marché des changes de la Russie est de 45%, contre seulement 1% au début de 2002.

Dans la lignée de tout cela, l’Argentine vient d’annoncer qu’elle commercera avec la Chine en yuans. Elle devient ainsi le 27e pays à le faire, et le troisième à franchir cette étape depuis le début de l’année, après l’Irak et le Brésil.

Le rôle des BRICS

Ces faits sont pertinents parce que le monde se dirige, précisément, vers des zones non occidentales. Surtout, les BRICS. Ce sont des mouvements clairs d’abandon de la tutelle occidentale.

Dans quelques mois, la réunion annuelle des BRICS aura lieu et les candidats pour prendre le train en marche augmenteront. A l’heure actuelle, pas moins de 19 pays souhaitent rejoindre les BRICS. L’année dernière, l’Algérie, l’Argentine et l’Iran ont fait des demandes formelles d’adhésion et d’autres, comme l’Arabie saoudite, la Turquie et l’Égypte, sont intéressés par une collaboration au sein du format BRICS +, c’est-à-dire collaborer sur presque tout avec les BRICS mais sans être à l’intérieur. Dans le style de la Russie dans l’OPEP +.

Dans le jargon diplomatique de l’Afrique du Sud, le pays qui accueille le sommet de cet été, « il y a 10 pays qui vont demander une adhésion formelle et 6 qui le feront de manière informelle ».

Bien qu’il n’ait pas été dit quels pays le sont, ni lesquels prendront la mesure formelle ni lesquels prendront la mesure informelle, ceux qui ont approché les BRICS au cours de la dernière année ont été l’Arabie saoudite, le Bangladesh, Bahreïn, l’Égypte, les Émirats arabes unis, l’Indonésie, le Mexique, le Nigeria, le Pakistan, la Syrie, le Soudan, la Thaïlande, la Tunisie, la Turquie, le Venezuela et le Zimbabwe.

Les deux lettres initiale et finale, B et S, Brésil et Afrique du Sud, sont le maillon faible de l’ensemble (bien que Lula ait donné un bon coup de pouce pour renforcer les BRICS après sa visite en Chine), d’où le pari russo-chinois d’admettre de nouveaux membres. Par conséquent, nous devons attendre le sommet d’été pour voir si les choses avancent vraiment. Surtout s’il y a ces ajouts.

Au moment où l’Occident collectif, imprégné de son néocolonialisme enraciné, insiste sur ceux qui sont avec nous ou contre nous (Borrell, pompeusement appelé « Haut Représentant pour la politique étrangère de l’UE », a ainsi de nouveau cru bon d’insister sur le fait que « l’UE construira des relations avec d’autres pays sur la base de leur attitude envers la Russie et la Chine »), ce mouvement de pays est significatif, puisqu’il confirment la perte de crédibilité d’un Occident qui, depuis des décennies, voire des siècles, se caractérise non seulement par deux poids, deux mesures, mais par son mépris absolu pour ses « principes et valeurs » lorsque l’occasion l’exige. Un Occident qui est maintenant en déclin, économiquement affaibli et avec moins de domination militaire et qui voit que le monde n’est plus sous son contrôle.

C’est pourquoi l’Occident collectif se bat en Ukraine. Et puisque les choses vont mal, il n’y a qu’une seule issue : aller de l’avant, vers une guerre totale avec la Russie. Ce serait inquiétant, car ce sont les armes qui décideraient alors. L’Occident va-t-il aller jusque là pour essayer de maintenir son hégémonie mondiale lorsque la vague qui se profile devient très grosse. Et cet été sera décisif pour lui.

Provocation et faux drapeau

À cet égard, nous devons être très attentifs à ce qui vient de se passer, avec l’attaque de drones contre le Kremlin. Cela n’a pu avoir lieu sans l’implication directe des États-Unis et cela ne manquera pas de semer la peur et la confusion. Une peur et une confusion qui signifieraient que les Russes perdraient leur sang-froid et mèneraient une attaque nucléaire contre l’Ukraine.

Surtout parce que depuis quelques semaines en Occident, « l’opinion publique » se prépare clairement à d’éventuelles réponses russes à la « contre-offensive » ukrainienne tant vantée. Et dans ces réponses, il y a les opérations sous fausse bannière avec lesquelles l’Occident se masque à son peuple, dans le style de ce qui s’est passé en Syrie.

Ainsi, il est important de prêter attention aux « informations » liées au fait que les États-Unis ont installé des capteurs nucléaires en Ukraine. Cela a été fait juste avant l’attaque de drones et au milieu de la « contre-offensive » tant vantée. C’est le faux drapeau qui permettra à l’OTAN d’entrer directement dans la guerre pour sauver l’armée ukrainienne, qui sera détruite. Les conditions sont en train d’être préparées pour que « l’opinion publique » occidentale très crédule croie réellement que la Russie ferait cela.

Notes

(1) https://data.imf.org/ ?sk=E6A5F467-C14B-4AA8-9F6D-5A09EC4E62A4

(2) https://www.gainesvillecoins.com/blog/is-saudi-arabia-selling-oil-to-china-for-gold

(3) https://www.bloomberg.com/news/articles/2023-04-26/yuan-overtakes-dollar-as-china-s-most-used-cross-border-currency#xj4y7vzkg

Alberto Cruz est journaliste, politologue et écrivain. Son nouveau livre s’intitule « Les sorcières de la nuit ». Le 46e régiment « Taman » des aviateurs soviétiques dans la Seconde Guerre mondiale », édité par La Caída avec la collaboration du CEPRID et qui en est à sa troisième édition. Les commandes peuvent être passées libros.lacaida@gmail.com ou ceprid@nodo50.org Il peut également être trouvé dans les librairies.

albercruz@eresmas.com


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 4176859

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Territoires  Suivre la vie du site Internationale   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2p + ALTERNATIVES

Creative Commons License