CEPRID

La Chine pousse l’Arabie saoudite à la dédollarisation du pétrole

jeudi 2 mars 2023 par CEPRID

Alberto Cruz

Le CEPRID

Un des faits les plus importants a été plus ou moins occulté. “C’est pourquoi l’Occident tremble. Il est clair que l’utilisation du renminbi-yuan dans le commerce du pétrole est dans une phase exploratoire, mais il est également clair qu’un processus très intéressant commence qui va déjà au-delà de ce qui, jusqu’à l’annonce saoudienne, n’était rien de plus que des spéculations. C’est déjà une preuve qui renforce le déclin de la confiance du monde non occidental dans la politisation des monnaies occidentales et, en particulier, dans le dollar. C’est pourquoi les Saoudiens ont réagi comme ils l’ont fait et si rapidement : ils ont très bien compris que les sanctions occidentales peuvent empêcher la libre circulation des dollars, il est donc conseillé d’avoir des mécanismes de couverture et des systèmes de paiement alternatifs.“ Il faut bien voir que les Saoudiens et la plupart des pays ne réagissent pas pour embêter l’occident mais parce que leur intérêt l’exige face à un Occident qui dans sa folie des représailles peut du jour au lendemain créer les conditions d’une crise internationale et qui par ailleurs en tant qu’États-Unis n’a plus grand chose à offrir à ses vassaux. Derrière la crise ukrainienne, la Chine joue la patience y compris avec l’Europe prise entre exigences des USA et mécontentement populaire, elle offre un partenariat gagnant gagnant. (note et traduction de Danielle Bleitrach dans histoireetsociete)

La visite que le président chinois Xi Jinping a effectuée en Arabie saoudite début décembre dernier a déjà atteint son premier objectif : le pays arabe a officiellement reconnu qu’il « est prêt à discuter du commerce du pétrole dans des devises autres que le dollar ». Et il l’a dit, ni plus ni moins, que dans le fantasmagorique Forum de Davos, où, soi-disant, se trouve la crème du capitalisme mondial.

Puis cette visite s’est déroulée sans douleur ni gloire, pour l’Occident collectif, malgré son importance et sa signification, comme on le voit maintenant et qui a laissé tous les Occidentaux avec leurs cheveux dressés. Parce que, en outre, il ne s’agissait pas seulement d’une visite bilatérale entre l’Arabie saoudite et la Chine, mais le président chinois a également rencontré des représentants du Conseil de coopération du Golfe et de la Ligue arabe. C’est pourquoi en Chine, il n’a pas été question d’un sommet bilatéral mais du « Sommet des Trois Anneaux ».

Il s’agissait de l’action diplomatique la plus importante et au plus haut niveau au Moyen-Orient depuis la fondation de la République populaire de Chine, ce qui signifie une nouvelle étape entre les Arabes et les Chinois. La diplomatie pragmatique de la Chine (académiquement appelée le « Consensus de Pékin » et a été élaborée en 2011) est beaucoup plus populaire dans le monde, et pas seulement arabe, que celle des fameuses « valeurs » occidentales irréalistes. C’est-à-dire que la Chine prône une relation égalitaire – bien qu’en pratique ce ne soit pas toujours le cas – tandis que l’Occident instrumentalise toujours cette relation – ne cherchant que son bénéfice – et avec une mentalité néocoloniale. Pour preuve des questions comme celle des « pays démocratiques-autoritaires », des « droits de l’homme » ou, plus récemment, de la condamnation obligatoire de la Russie.

Inutile de dire que cela rend les Arabes de plus en plus éloignés de l’Occident et regardant ailleurs, vers l’Est. Par exemple, en décembre de la même année, l’Égypte a décidé de demander officiellement son adhésion à la nouvelle banque de développement des BRICS. Ce pays le fait juste après avoir signé un accord léonin avec le FMI, comme le FMI agit toujours, mais en marquant déjà des distances par rapport à ce qu’il fera à l’avenir et avec d’autres financiers. La décision égyptienne est importante car l’Arabie saoudite a également montré sa volonté de rejoindre les BRICS, auxquels des pays comme le Cambodge, l’Éthiopie, Fidji, l’Indonésie, le Kazakhstan, la Malaisie, le Nigeria, le Sénégal, la Thaïlande et l’Ouzbékistan ont participé en tant qu’observateurs au dernier sommet et je rappelle que l’Algérie, l’Argentine et l’Iran ont déjà officialisé leur demande d’adhésion aux BRICS.

Et que ce soit une coïncidence ou non, et dans la politique internationale il n’y a pas de coïncidences, lorsque le « Sommet des trois anneaux » s’est tenu, l’OPEP élargie (connue sous le nom d’OPEP +) a accepté de maintenir le quota de production de pétrole inchangé. Moins d’une semaine après que le collectif occidental ait voulu imposer un plafonnement des prix sur les exportations de pétrole de la Russie.

Considérant que l’Arabie saoudite est le principal vendeur de pétrole à la Chine, cela ne semble pas l’affecter. Mais ce n’est qu’une apparence parce que si la crise ukrainienne a clairement montré une chose, c’est que l’Occident est une bande de pirates qui sortent de sa manche de nouvelles règles quand cela l’arrange. Et c’est quelque chose qui a été pris en compte lors du « Sommet des Trois Anneaux », entre autres choses, en commençant à introduire une partie de ce pétrole en yuan.

Xi Jinping a ensuite déclaré que « la Chine continuera d’importer de grands volumes de pétrole brut des pays du Conseil de coopération du Golfe, d’accroître les importations de gaz naturel liquéfié, de renforcer la coopération dans l’exploration et la production de pétrole et de gaz, les services d’ingénierie, le stockage, le transport et le traitement, et d’utiliser pleinement les bourses nationales du pétrole et du gaz de Shanghai comme plate-forme pour les accords en yuans ».

Le pétro-yuan a commencé à être utilisé par la Chine en 2018, bien que ce soit la première fois qu’elle le mentionne expressément aux Arabes. C’est-à-dire qu’elle disait déjà que c’était soit ça, le début du commerce du pétrole et du gaz en yuan, soit rien. Et selon ses propres termes, et non ceux imposés par l’Occident. Et c’est ce à quoi l’Arabie saoudite vient de faire référence.

La grande question est de savoir quelle part de ces 17% du total des ventes de pétrole saoudien qui va à la Chine sera faite dans la monnaie chinoise et combien de temps ce commerce pétro-yuan sera en cours, bien que ce ne soit sûrement pas une période de plus de cinq ans (que certains réduisent à trois). Quelque chose qui s’applique également au reste des pays arabes producteurs de pétrole.

Il convient d’ajouter que depuis que cet échange a été lancé en pétro-yuan, en 2018, 17 1 milliards de yuans (l’équivalent d’un peu moins de 2 5 milliards d’euros) ont été facturés. C’est-à-dire moins de dollars en circulation, plus d’affaiblissement de la monnaie occidentale, le seul pouvoir qu’il reste à l’Occident.

C’est pourquoi l’Occident tremble. Il est clair que l’utilisation du renminbi-yuan dans le commerce du pétrole est dans une phase exploratoire, mais il est également clair qu’un processus très intéressant commence qui va déjà au-delà de ce qui, jusqu’à l’annonce saoudienne, n’était rien de plus que des spéculations. C’est déjà une preuve qui renforce le déclin de la confiance du monde non occidental dans la politisation des monnaies occidentales et, en particulier, dans le dollar. C’est pourquoi les Saoudiens ont réagi comme ils l’ont fait et si rapidement : ils ont très bien compris que les sanctions occidentales peuvent empêcher la libre circulation des dollars, il est donc conseillé d’avoir des mécanismes de couverture et des systèmes de paiement alternatifs.

Et quelque chose d’aussi important dans ce « Sommet des Trois Anneaux » : il y a eu une discussion « à huis clos » sur les questions militaires et de sécurité. Sûr qu’à Bruxelles, à Londres et à Washington, ils se sont rongé les ongles.

Selon le document conjoint publié, la Chine a fait des concessions sur la fixation arabe avec l’Iran lorsqu’il est affirmé que les deux parties se sont occupées « des archives nucléaires iraniennes et des activités régionales déstabilisatrices, soutenant les groupes terroristes et sectaires et les organisations armées illégales, empêchant la prolifération des missiles balistiques et des drones, assurant la sécurité de la navigation internationale et des installations pétrolières, et adhérer aux résolutions de l’ONU et à la légitimité internationale », mais les Arabes ont fait de même en reconnaissant que les sanctions imposées à l’Iran sont illégales au regard du droit international en mettant l’accent sur la légitimité internationale et l’ONU.

En contrepartie : « Taiwan fait partie intégrante du territoire chinois, rejette l’indépendance de Taiwan sous toutes ses formes, soutient la position de la Chine dans le dossier de Hong Kong et soutient la République populaire de Chine dans ses efforts pour maintenir la sécurité nationale et développer et perfectionner la démocratie à Hong Kong dans le cadre d’un seul pays, deux systèmes.

La Chine est heureuse et les Arabes aussi.

Parce que l’une des conséquences est que l’Arabie saoudite a une fois de plus dit à l’Occident que non, elle ne veut pas de contraintes. Et elle a accepté d’introduire le réseau 5G dans tout le pays par la main de Huawei, ainsi que des investissements chinois dans des infrastructures sensibles telles que les ports et autres centres de transport. Tout le contraire de ce que veut l’Occident.

Et puisque la Chine est la Chine, quelques jours après cette visite en Arabie saoudite, le vice-Premier ministre a rencontré le président iranien pour expliquer le « Sommet des trois anneaux ». Selon la version chinoise de cette réunion, « la Chine considère ses liens avec l’Iran d’un point de vue stratégique et ne faiblira pas dans sa détermination à développer son partenariat stratégique global, tandis que la Chine soutient fermement l’Iran dans son opposition à l’ingérence extérieure et à la sauvegarde de sa souveraineté, de son intégrité territoriale et de sa dignité nationale ».

La Chine est heureuse et l’Iran aussi. Oh, et au fait : pas un mot sur le Xinjiang ni au « Sommet des Trois Anneaux » ni à la réunion de Téhéran. La même chose s’est produite lors du sommet de l’Organisation de la coopération islamique en mars 2022. Le « génocide des musulmans » n’est pas dit par les musulmans, qu’ils soient sunnites (comme ces pays) ou chiites (comme l’Iran), mais par les Occidentaux. Bon exemple du fonctionnement de la propagande.

Boucler la boucle de la dédollarisation

Comme si tout cela ne suffisait pas, et dans un autre exemple de la façon dont l’Occident perd son hégémonie chaque seconde qui passe, ce même décembre, le directeur général de la Fédération des organisations indiennes d’exportation a officiellement annoncé que l’Inde utilise déjà la roupie dans le commerce avec la Russie. Depuis février 2022, les échanges commerciaux entre les deux pays se faisaient progressivement dans leurs monnaies respectives, la roupie et le rouble, mais ne bénéficiaient d’aucun soutien juridique. C’était une sorte de période d’essai qui, à la vue de tous, s’est avérée positive. Il n’est donc pas étrange de voir l’annonce de l’Inde selon laquelle l’achat de pétrole à la Russie en 2022 a été 33 fois plus élevé qu’en 2021. Et cela n’a pas été en monnaie occidentale.

Et plus encore : l’Administration générale des douanes de Chine a annoncé que le commerce sino-russe en 2022 était de 190 270 millions de dollars (en équivalent, car le rouble et le yuan ont été utilisés dans ce commerce). C’est-à-dire qu’il a presque atteint l’objectif de 200 000 millions qui était fixé pour 2024. Et il a été réalisé un an plus tôt que prévu. Cela signifie que le commerce russo-chinois a augmenté de 30% au cours de l’année écoulée. Si vous tenez compte du fait qu’avant le conflit du pays 404, anciennement connu sous le nom d’Ukraine, le commerce entre l’UE et la Russie était de 227 000 millions, qui s’intéresse à l’Europe ? Pas les Russes, bien sûr, car ce chiffre va être atteint cette année dans le commerce russo-chinois.

Avec ces données, et contrairement à ce qui se dit en Occident, le Forum de Davos et ses recommandations et conclusions ont très peu de moyens. Entre autres, parce qu’aucun homme d’affaires chinois n’a été présent et qu’il n’y avait qu’une représentation symbolique des Indiens (3 000 millions de personnes entre les deux pays, soit près de la moitié de la planète), et sans eux il n’y a rien à faire. Entre autres, parce que ce sont les deux seuls pays qui connaissent une croissance bien supérieure aux autres, comme l’a reconnu la Banque mondiale elle-même.

Alberto Cruz est journaliste, politologue et écrivain. Son nouveau livre s’intitule « Les sorcières de la nuit ». Le 46e régiment « Taman » des aviateurs soviétiques dans la Seconde Guerre mondiale », édité par La Caída avec la collaboration du CEPRID et qui en est à sa troisième édition. Les commandes peuvent être passées à libros.lacaida@gmail.com ou ceprid@nodo50.org Il peut également être trouvé dans les librairies.

albercruz@eresmas.com


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 4235353

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Territoires  Suivre la vie du site Internationale   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2p + ALTERNATIVES

Creative Commons License