CEPRID

Chine-Russie : le partenariat stratégique global de coordination dans la nouvelle ère

jeudi 4 mai 2023 par CEPRID

Alberto Cruz avec sa finesse d’analyse habituelle remonte aux accords signés par la Russie et la Chine y compris avant “l’opération spéciale” et l’entente poursuivie entre ces deux pays sur l’instauration d’un nouvel ordre international, basé à la fois sur le multipolaire et sur la Charte des Nations Unis que l’occident ne respecte que quand cela lui convient. L’occident collectif a perçu trop tard le déploiement des pièces du jeu d’échec et il l’a découvert lors de la visite de Xi à Moscou, déjà la “reine” est tombée et l’assaut de l’échec et mat est en train d’être mené d’une manière irréversible. Cet article devrait permettre à ceux qui n’ont pas encore perçu dans quelle ère le monde est en train de rentrer de mesurer la vanité de certaines gesticulations politiciennes françaises. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société)

Alberto Cruz

Le CEPRID

Le 4 février 2022, la Chine et la Russie, la Russie et la Chine, ont signé un document (1) qui a non seulement été un signal d’alarme très sérieux pour l’Occident, mais qui a changé la donne : la déclaration commune a apporté un soutien total à la Russie, a soutenu sa demande de garanties de sécurité et s’est opposée à l’expansion de l’OTAN. Il aurait dû être lu attentivement parce que, entre autres choses, il a été question de coordination au Conseil de sécurité de l’ONU, dans la défense du droit international et le rejet de « l’ordre fondé sur des règles » que les États-Unis veulent imposer. C’est-à-dire qu’il y avait un réel engagement de la Chine à atténuer et/ou à aider la Russie face aux sanctions menacées, même alors, par l’Occident collectif. Des sanctions qui, selon le droit international, sont illégales (2).

Le document incluait, avec moins d’emphase que le précédent, le renforcement des liens non seulement politiques, mais aussi économiques, en particulier le pétrole et le gaz par la Russie et la construction d’un nouveau gazoduc, le « Siberian Power 2 » dans les trois ans.

Avec le soutien de la Chine, la Russie annonçait déjà qu’elle n’allait pas reculer du tout et qu’elle n’allait pas se laisser intimider. Il y a un point à noter dans le document : la Chine a évité de parler de l’Ukraine (« l’opération spéciale » russe n’avait pas encore commencé ), et a évité même de parler de la Crimée, tandis que la Russie a parlé de Taïwan. Une concession russe claire qui a permis à la Chine de continuer à maintenir sa stratégie de ne pas s’impliquer dans les affaires intérieures.

Par conséquent, et dans le pire des cas, la Chine n’allait pas critiquer ce que la Russie a fait face aux provocations des États-Unis et de l’OTAN. Il était clair déjà à l’époque que les États-Unis voyaient et voulaient empêcher la consolidation de l’Eurasie comme l’axe sur lequel le XXIe siècle pivote. C’est ainsi que nous devons interpréter ce qui s’est passé en Afghanistan, en Iran, au Kazakhstan et même en Corée du Nord. Que ce dernier pays teste des armes l’une après l’autre ne se comprend pas si l’on ne le voit pas dans cette perspective et, surtout, le fait que la Russie et la Chine repoussent à l’ONU une nouvelle tentative de sanctions face à cela. La Corée du Nord a, par action et par omission, le soutien de la Russie et de la Chine à cet égard parce que, en autres, c’est une façon d’avertir les États-Unis qu’ils ont de nombreuses fissures. Parce que si les États-Unis s’emmêlent avec l’Ukraine ou Taïwan, des points sensibles pour la Russie et à la Chine, ces deux pays pourraient, et peuvent, faire de même en Corée du Sud ou au Japon, pour faire avancer deux cas, qui sont sensibles pour les États-Unis.

Le fait que ce document ait opté pour le droit international était déjà un signal fort pour l’Occident, qui méprise le dit droit international si cela ne lui convient pas. C’était le signal définitif d’un nouvel ordre multilatéral dans lequel l’Occident cesserait d’avoir du pouvoir et de l’influence. Les deux pays cherchent à protéger l’architecture internationale pilotée par les Nations Unies et l’ordre mondial fondé sur le droit international, ils recherchent une véritable multipolarité avec les Nations Unies et son Conseil de sécurité jouant un rôle central et de coordination. C’est-à-dire qu’ils disent à l’Occident que leurs aventures extra-onusiennes (Yougoslavie, Irak, Libye, Kosovo, Syrie) sont terminées et qu’ils sont fermement engagés dans la « démocratisation des relations internationales ». Cette déclaration commune le disait très clairement et précisément : « les relations internationales entrent dans une nouvelle ère ».

Visite de M. Xi

L’Occident, dans son arrogance pathologique, n’y a pas prêté attention parce que, s’il l’avait fait, cela aurait signifié qu’il était prêt à se joindre au processus de transformation du monde dans lequel il n’a plus d’hégémonie.

Un an plus tard – et une guerre qui n’est pas officiellement une guerre parce que ni la Russie ne l’a déclarée, ni l’Ukraine n’a fait de même, et avec une proposition de paix avancée par la Chine qui a été rejetée catégoriquement par l’Occident collectif – cette alliance entre la Chine et la Russie, la Russie et la Chine, a été renforcée et a beaucoup avancé. Voilà la raison de cette grande inquiétude pour l’Occident, qui est entré dans un état de panique et d’hystérie à partir de ce qui est déjà mis en œuvre : ce qui il y a un an était prétendu être une « association sans limites », est maintenant renforcé et confirmé. Il n’y a pas de retour en arrière.

L’Occident l’a vu tard et a cherché à arrêter ce processus, qui a culminé avec la visite historique de Xi Jinping en Russie (et non l’inverse, ce qui est déjà indicatif) en mars dernier, avec la bouffonnerie de la Cour pénale internationale accusant Poutine d’être un criminel de guerre. Raté. Une tentative a été faite encore pour tenter de bloquer avec des menaces à la Chine au sujet des livraisons d’armes. Cela a également échoué, non pas parce que la Chine en a envoyés, mais parce que la Chine est sur une autre longueur d’onde, comme les pays non occidentaux l’ont vu et remarqué. La Chine représente la paix, l’Occident représente la guerre. C’est la réalité inconfortable pour l’Occident collectif et ses fameuses « valeurs ». Les « autocrates » (nouvelle novlangue occidentale) sont pour la paix, les « démocrates » sont pour la guerre.

L’Occident est aujourd’hui acculé par la proposition chinoise, qu’il a rejetée et face à laquelle il a fait tout son possible pour la discréditer. Mais il ne peut pas. Il a déjà perdu tellement de terrain que c’est impossible. Mais l’Occident, dans son aveuglement, continue et persiste à nier la réalité. C’est comme les enfants quand ils se cachent les yeux, qui croient que s’ils ne voient pas, vous ne les voyez pas non plus. Et nous voyons donc comment, de l’Occident, il a été répété qu’avec cette visite « la Russie s’est rendue à la Chine parce que, comme elle est isolée internationalement, elle n’a pas d’autre choix ». Bien sûr, ne laissez pas la réalité gâcher une bonne histoire ou une bonne hystérie.

La réalité est très différente. Cette visite s’est achevée par la signature d’une nouvelle déclaration commune (23 mars) qui porte le nom de « Approfondir le partenariat stratégique global de coordination dans la nouvelle ère » (3) et qui dit déjà tout : « partenariat stratégique global » (le « illimité » de celui signé il y a un an) et « coordination dans la nouvelle ère » (tenant déjà pour acquis le monde multipolaire et la fin de l’hégémonie occidentale).

Certains aspects méritent d’être soulignés, tels que la mention expresse des États-Unis et la non-existence de l’Europe, auxquels ils ne font pas référence une seule fois. Pour la Chine et la Russie, l’Europe n’est pas pertinente au niveau géopolitique et tout au plus – dans le cas de la Chine – un partenaire économique.

L’appel à se conformer au droit international est répété contre le mantra occidental de « l’ordre fondé sur des règles » ; de succulents accords commerciaux ont été signés, tels que l’accélération de la construction du gazoduc Siberian Power 2 à travers la Mongolie ; il a été confirmé que déjà 65% du commerce bilatéral entre la Russie et la Chine se fait dans leurs propres monnaies… et la bombe larguée par la Russie : « La Russie a l’intention de créer son propre système d’approvisionnement en énergie alternative, qui sera bénéfique pour presque toute la population du monde. C’est une grande opportunité pour sept des huit milliards d’habitants de la planète. » Notez que le fameux « milliard d’or », c’est-à-dire la population de l’Occident, est expressément laissé de côté. Si ce dernier point est sérieux, c’est la fin définitive de l’hégémonie occidentale.

La réciprocité, ce que l’Occident ne comprend pas

Il a également été dit en Occident que la visite de Xi souligne que la Russie a été absorbée par la Chine. Ce n’est pas ce que disent les données économiques, favorable à la Russie, et si ce n’est pas le cas en termes économiques, du moins pour l’instant, ça ne l’est pas non plus en termes géopolitiques et militaires.

En pariculier : on a atteint un point où il est assez difficile pour la Chine de protéger non seulement ses intérêts dans le monde, mais aussi sa sécurité, sans le soutien de la Russie.

La Russie gagne un temps précieux pour la Chine dans le pays 404, anciennement connu sous le nom d’Ukraine. Plus l’Occident s’empêtre ici, moins il peut s’enchevêtrer avec Taïwan. C’est tellement évident que c’est l’une des raisons pour lesquelles l’Occident fait pression sur le pays 404, anciennement connu sous le nom d’Ukraine, pour sa célèbre contre-offensive.

Il y a plus : la Chine a besoin de la Russie dans le cadre de sa nouvelle politique mondiale, alors que les deux conviennent de pousser un nouvel ordre multipolaire hors de l’hégémonie occidentale. Ici, la Chine a changé, et elle l’a fait grâce à Xi Jinping. Jusqu’à présent, elle est restée en position de superpuissance économique tout en maintenant un profil bas en matière de politique étrangère, mais elle s’est rendu compte que cela n’est pas efficace si elle ne participe pas, avec force, à la question politique mondiale. C’est pourquoi la Chine a renversé sa politique traditionnelle et renforcé sa présence diplomatique dans le monde. Son avant-dernier succès a été la reprise des relations diplomatiques entre l’Arabie saoudite et l’Iran, deux pays ayant de bonnes relations avec la Russie, d’autre part.

En tant que plaque tournante mondiale de la fabrication, la Chine a besoin de ressources énergétiques, et c’est la Russie, principal fournisseur de pétrole et de gaz de la Chine. Deux choses importantes : elles sont bon marché et sans tracas en termes de sécurité d’approvisionnement parce que les deux pays ont des frontières terrestres. Ceci est particulièrement important après l’attaque de l’occident sur le gazoduc North Stream 2.

Et quelque chose d’aussi important que ce qui précède : la technologie militaire. La Chine estime qu’elle n’atteindra la parité militaire stratégique avec les États-Unis qu’en 2027, mais les menaces américaines sur Taïwan, affirmant qu’elle fera la guerre dans quelques années, etc., indiquent que pour les États-Unis (et pour l’Occident), le temps presse, de sorte que les délais doivent être accélérés. Et pour cela, la Chine a besoin d’une aide qu’elle ne peut obtenir que de Russie, en particulier dans l’aviation (les moteurs sont toujours russes) et dans les missiles hypersoniques à longue portée. En outre, la Chine est le seul pays à disposer du système de défense antimissile russe S-500.

La dynamique des BRICS, de l’OCS et de la dé-dollarisation

Dans cette « coordination dans la nouvelle ère », les BRICS et l’importance que les Chinois et les Russes accordent à cette structure, ainsi qu’à l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), jouent un rôle. De nouvelles structures internationales sont clairement créées (BRICS vs G7) et une dédollarisation à grande échelle est poussée.

L’une des données qui le renforce est que les BRICS dépassent le G-7 fantasmagorique en termes de produit intérieur brut. Quand on parle des « pays les plus riches du monde », en parlant du G-7, ce n’est pas vrai. Le PIB des BRICS, 31,5% du total mondial, dépasse celui du G7 (30,7%) sur la base de la parité de pouvoir d’achat.

D’une part, l’Égypte a été officiellement acceptée comme nouveau membre de la banque des BRICS, la Nouvelle banque de développement, et le sommet de cet été abordera l’adhésion, avec des échéances, de l’Argentine, de l’Iran et de l’Algérie. Il est plus que probable qu’avant l’adhésion officielle de ces pays, il y aura une période de transition dans ce que l’on appelle déjà BRICS +, des pays qui, sans en faire officiellement partie, le font de manière informelle et coordonnent leurs politiques à la manière de ce qui se passe avec l’OPEP +.

En parallèle, l’Arabie saoudite a approuvé la dernière semaine de mars le protocole d’accord pour être admis en tant que partenaire de dialogue de l’OCS, une décision qui la rapproche beaucoup plus de la Russie et de la Chine, en particulier de ce dernier pays, car après la visite de Xi Jinping à Riyad en décembre de l’année dernière, un mouvement tectonique saoudien a été observé, admettant qu’elle étudiera le commerce du pétrole dans des devises autres que le dollar et signant un accord entre la Banque nationale d’Arabie et la Banque d’import-export de Chine pour l’utilisation du renminbi dans les prêts et le commerce. C’est, sans le moindre doute, le premier pas vers le remboursement en renminbi du pétrole saoudien. Il y a déjà des pas dans cette direction, comme la première transaction d’une expédition de gaz vers la Chine payée en renminbis, le tout négocié par l’intermédiaire de la Bourse de Shanghai et suivant les prix de cette bourse, pas ceux de l’Occident.

Dans le même temps, le Brésil vient de rejoindre le China Interbank Payments System (CIPS), l’alternative chinoise à l’ouest SWIFT. Cela signifie que le Brésil et la Chine commerceront dans leurs propres monnaies, renforçant ainsi l’internationalisation du yuan et abandonnant le dollar dans leurs relations commerciales.

Gramsci a dit que la crise se produit lorsque le nouveau ne finit pas de naître et que l’ancien ne finit pas de mourir, et que dans cet interrègne des monstres sont produits. Le monstre est l’Occident, qui s’effondre et le fait en détruisant, le nouveau est déjà né bien qu’il soit encore dans l’enfance, et après l’association entre la Chine et la Russie, la Russie et la Chine, on peut dire qu’il entre dans l’adolescence.

Notes

(1) http://en.kremlin.ru/supplement/5770

(2) Les seules sanctions légales, en vertu du droit international, sont celles imposées par le Conseil de sécurité des Nations unies. Les autres sont considérés comme des sanctions unilatérales et donc contraires au droit international.

(3) https://www.mct.gov.cn/whzx/szyw/202303/t20230323_940847.htm

Alberto Cruz est journaliste, politologue et écrivain. Son nouveau livre s’intitule « Les sorcières de la nuit ». Le 46e régiment « Taman » des aviateurs soviétiques dans la Seconde Guerre mondiale », édité par La Caída avec la collaboration du CEPRID et qui en est à sa troisième édition. Les commandes peuvent être passées à libros.lacaida@gmail.com ou ceprid@nodo50.org Il peut également être trouvé dans les librairies.

albercruz@eresmas.com


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 4118097

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Territoires  Suivre la vie du site Internationale   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2p + ALTERNATIVES

Creative Commons License