CEPRID

La Chine ouvre la voie au nouvel ordre multipolaire en présentant sa proposition pour le règlement de la crise ukrainienne

lundi 3 avril 2023 par CEPRID

Le plan de paix de la Chine compris dans son contexte, celui face à la folie de l’occident d’une force qui monte, pas seulement celle de la Chine mais d’un sud qui refuse de limiter son horizon aux guerres impérialistes, aux sanctions, à la propagande, qui exige que l’on réponde aux défis de notre temps. Qui sera capable d’entendre cette voix qui nous interpelle depuis des décennies, de comprendre que nous pouvons et devons nous y associer au nom de tous les peuples y compris celui que l’on nomme Français. Certes il y a un bougé lié aux luttes contre la politique du pouvoir, ce bougé recrée un parti communiste français et au-delà une gauche, mais je crains qu’il faille beaucoup de temps pour voir le monde tel qu’il est, je crains que face à une autre aventure impérialiste, il n’y ait encore aucune force capable d’affronter les mensonges, le consensus néo-colonialiste qui détermine notre déclin irréversible. Le plan de paix nous propose une révolution de notre perception du monde c’est ce qui est décrit ici, malgré nous nous restons à la recherche d’une troisième voie, elle ne peut pas exister. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

Alberto Cruz

Le CEPRID

La guerre en Ukraine a un an et la Chine a été le premier pays à prendre les mesures nécessaires pour y mettre fin et qu’il n’y en a pas d’autres à l’avenir : elle a présenté sa proposition de paix (1), qui n’est pas techniquement un plan de paix car elle ne parle que de « solution de la crise » mais qui marque les étapes nécessaires pour cela et, Plus important encore, revoir le comportement occidental qu’il accuse implicitement d’être la cause de cette crise. La Chine n’a pas pris cette mesure isolément. Cette proposition est le troisième document présenté en une semaine (20-24 février) après « L’hégémonie américaine et ses dangers » (2) et le « Document de réflexion de l’Initiative mondiale de sécurité » (3). Ce troisième complément les deux, et il est nécessaire de les examiner, même brièvement, les trois.

Bien sûr, nous devons commencer par la proposition en 12 points pour « résoudre la crise ». Peut-être semble-t-il naïf parce que la viabilité du plan à court terme est plus que douteuse, étant donné la folie de l’Occident. Cela peut sembler un ensemble de propositions générales, mais sa dissection montre qu’il comporte deux parties : une interne, c’est-à-dire adressée au peuple chinois, et une externe.

La Chine montre à ses citoyens qu’elle est une puissance mondiale capable de prendre position face à une crise internationale et, en même temps, fait un pas en avant au milieu de la folie occidentale en se positionnant comme le champion de la grande majorité de la planète qui rejette avec insistance la position de l’Occident. Parce que ce qui est inclus dans cette proposition reflète, au sens strict, les aspirations du Sud global à un nouvel ordre qui n’est pas hégémonisé par l’Occident.

C’est quelque chose qui se manifeste dans les trois premiers points : (1) « Nécessité de respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays », avec l’ajout que « tous les pays sont égaux, indépendamment de leur taille, de leur force ou de leur richesse », ce qui est en soi l’antithèse de l’Occident ; (2) « Abandonner la mentalité de la guerre froide, car la sécurité régionale ne peut être atteinte en renforçant et en élargissant les blocs militaires », qui n’a pas besoin d’explication parce qu’elle est fondamentalement anti-OTAN ; (3) « Les parties ne doivent pas jeter de l’huile sur le feu et la crise ukrainienne ne doit pas échapper à tout contrôle », critiquant implicitement l’Occident pour son approvisionnement constant en armes à l’Ukraine.

A ces points s’ajoute un autre point crucial : « Mettre fin aux sanctions unilatérales. Les sanctions unilatérales et la pression maximale ne peuvent résoudre le problème et ne font que créer de nouveaux problèmes. La Chine s’oppose aux sanctions unilatérales non autorisées par le Conseil de sécurité de l’ONU. Les pays concernés devraient cesser d’abuser des sanctions unilatérales et de la juridiction au bras long contre d’autres pays, en vue d’apporter leur contribution à la désescalade de la crise en Ukraine et de créer les conditions propices à la croissance économique des pays en développement et à l’amélioration de la vie de leurs peuples.

Les autres points se réfèrent spécifiquement à l’Ukraine, mais aussi au reste du monde en tant que garantie du commerce international et de l’approvisionnement en biens, tels que les céréales ; éviter le risque nucléaire et renforcer la sûreté des centrales nucléaires.

Il est bien évident que ce plan ne sera pas mis en œuvre par l’opposition occidentale : les États-Unis, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et l’OTAN l’ont déjà rejeté. Aussi l’Ukraine. Pour l’Occident, le plan chinois est la mise en œuvre pratique de la fin de l’hégémonie occidentale. La Chine le sait, mais elle lui donne une position morale claire et une supériorité face à un Occident en déclin. Il s’agit d’un différend clair sur le futur ordre mondial, et maintenant la Chine a le dessus. En outre, la Chine vise la position américaine sur Taïwan.

Ce que l’Occident n’aime pas

La Chine n’aurait pas franchi le pas sans prendre en compte la réaction occidentale, alors entre la publication des deux premiers documents et cette proposition de solution à la crise, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de Chine, Wang Wenbin, a rappelé plusieurs mises en garde qui n’aiment pas en Occident : les États-Unis sont le plus grand producteur de guerre ; Il n’a pas été en guerre depuis seulement 16 ans de ses 240 ans d’histoire ; il a déclenché environ 80 % des conflits armés dans le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ; viole la souveraineté d’autres pays et s’ingère dans les affaires intérieures d’autres pays ; depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont tenté de renverser plus de 50 gouvernements étrangers ; s’est brutalement ingéré dans les élections dans au moins 30 pays et a tenté d’assassiner plus de 50 dirigeants étrangers ; Les guerres de l’OTAN contre l’Afghanistan, l’Irak et la Syrie sous les États-Unis ont fait plus de 900 000 morts et 37 millions de réfugiés.

Avec cette proposition, la Chine a délié ses mains. Il a officiellement fixé sa position et ce sont les autres qui doivent le faire maintenant. Le Sud global a maintenant un chemin balisé, en dehors de l’Ouest.

Il l’avait déjà annoncé lors de la 59e Conférence de Munich sur la sécurité, tenue deux jours avant la publication de son premier document, où celui qui y assistait n’était pas le ministre des Affaires étrangères mais Wang Yi, membre du Bureau politique du Comité central du PCC et responsable du Parti de l’espace international. Officiellement, il est au-dessus du ministre, mais c’est quelque chose auquel aucun Occidental n’a prêté attention. Yi était la seule voix de la raison dans cette réunion parce que l’Occident, non sans reconnaître d’une petite bouche que le monde ne le suit pas (Macron l’a dit un peu plus fort quand il a reconnu qu’il était « choqué par la perte de crédibilité de l’Occident ») a continué avec le mantra de la défaite de la Russie, atteignant le grotesque du ministre allemand des Affaires étrangères. la « verte » Annalena Baerbock, déclarant que la neutralité n’était pas une option. C’est-à-dire, soit vous êtes avec l’Occident, soit contre l’Occident, parce que ce qu’il exigeait, c’était plus d’armes pour l’Ukraine.

La Chine le savait, alors dès la fin de cette conférence, à laquelle elle a assisté, mais l’appelant une « réunion familiale transatlantique », elle a publié son premier document, « L’hégémonie américaine et ses dangers », passant en revue l’hégémonie politique, militaire, économique, technologique et culturelle des États-Unis pour conclure que « les États-Unis ont annulé la vérité avec leur pouvoir et piétiné la justice pour servir leurs propres intérêts. Ces pratiques hégémoniques unilatérales, égoïstes et régressives ont provoqué des critiques et des oppositions croissantes et intenses de la part de la communauté internationale », bien que « les tendances historiques de paix, de développement, de coopération et d’avantages mutuels soient imparables » et soulignant, comme il apparaît dans la proposition de solution de la crise ukrainienne, que « les pays doivent se respecter mutuellement et se traiter sur un pied d’égalité », Par conséquent, toutes les formes d’hégémonisme et de politique de puissance doivent être combattues, tout en rejetant l’ingérence dans les affaires intérieures des autres pays.

Le développement logique de cette conclusion figure dans le deuxième document, intitulé « Document de réflexion de l’Initiative mondiale de sécurité ». En résumé, il s’efforce de « maintenir l’engagement envers la vision d’une sécurité commune, intégrale, coopérative et durable ; respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays ; se conformer aux buts et principes de la Charte des Nations Unies ; régler pacifiquement les différends et les différends entre les pays par le dialogue et la consultation, et maintenir la sécurité dans les domaines traditionnels et non traditionnels. Tout cela est compris comme signifiant que « la sécurité concerne le bien-être des peuples de tous les pays, la noble cause de la paix et du développement mondiaux et l’avenir de l’humanité ».

« L’ISG vise à éliminer les causes profondes des conflits internationaux, à améliorer la gouvernance de la sécurité mondiale, à encourager les efforts internationaux conjoints pour apporter plus de stabilité et de certitude à une époque instable et changeante, et à promouvoir une paix et un développement durables dans le monde. »

Il est clair que la proposition de solution à la crise ukrainienne n’aurait pas été publiée à l’insu de la Russie. Parce que le premier document comprend clairement une grande partie des griefs présentés par la Russie aux États-Unis et à l’OTAN avant février de l’année dernière – qui sont presque les mêmes que ceux que la Chine a présentés en ce qui la concerne, en particulier Taïwan – et le second parie clairement sur le droit international avec une critique sévère de « l’ordre fondé sur des règles » dont parle l’Occident fou.

Il est également clair que la visite de Wang Yi en Russie, le lendemain de son discours à la Conférence de Munich, était le moment officiel pour le faire. Parce que lors de cette visite, il a rencontré Nikolai Patrusev, secrétaire du Conseil de sécurité russe, Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères, et Poutine. C’est-à-dire qu’en plus de montrer les axes de cette proposition de paix, le sens de sa visite doit également être interprété d’une autre manière : démontrer le soutien de la Chine à la Russie à l’occasion de l’anniversaire de l’opération militaire spéciale en Ukraine, continuer à avancer dans la création d’un système financier international alternatif au système financier occidental et, plus inquiétant pour l’Occident ignorant, Commencez à parler d’un pacte de défense mutuelle. Et tout cela sera cimenté par la visite, déjà décidée, de Xi Jinping à Moscou.

C’est pourquoi en Occident, il a été question que la Chine allait fournir des armes à la Russie (comme avant la Corée du Nord, puis l’Iran et maintenant la Chine, comme si la Russie manquait), ce qui a été suivi par le dépoussiérage de la vieille accusation selon laquelle le COVID provenait d’un laboratoire chinois. Ce n’est que deux façons, les seules dont dispose l’Occident, pour discréditer le plan chinois et masquer son rejet de celui-ci.

C’est bon pour un Occident de plus en plus détaché de la réalité et de plus en plus isolé, car, comme la Chine l’a déjà dit, il « ne tolérera pas les pressions et les menaces liées aux relations russo-chinoises ». Et c’est qu’en Occident, il n’y a personne non seulement qui pense, mais écoute. Parce que lors de ce voyage en Russie, Wang Yi a dit quelque chose qui aurait dû être pris en compte : « Les relations sino-russes sont matures, tenaces et stables comme le mont Tai. » Il l’a dit en conclusion : « Alors que les crises et le chaos nous présentent souvent, que les défis et les opportunités coexistent, c’est la dialectique de l’histoire. Le partenariat stratégique global de coordination sino-russe ne vise jamais une tierce partie, ni n’est soumis à l’ingérence d’une tierce partie, et encore moins à la coercition d’une tierce partie. Parce que les relations sino-russes ont une base politique, économique et civilisationnelle solide, et ont le calme et la sobriété après avoir résumé l’expérience historique, et parce que la multipolarisation du monde et la démocratisation des relations internationales que nous soutenons conjointement sont conformes au développement, à la tendance de l’époque et aux désirs de la plupart des pays. La Chine est prête à travailler avec la Russie pour maintenir l’approche stratégique, approfondir la confiance politique mutuelle, renforcer la coordination stratégique, élargir la coopération pratique, sauvegarder les intérêts légitimes des deux pays et jouer un rôle constructif dans la promotion de la paix et du développement dans le monde.

Bien sûr, il n’y a personne en Occident qui peut lire et interpréter ce qui se passe. Ils ne connaissent pas non plus l’histoire du mont Tai, où la tradition chinoise dit que le soleil commence son voyage quotidien. La référence de Wang Yi au mont Tai est plus qu’une leçon élémentaire de géographie, d’histoire et de tradition : il raconte au monde ce qui se passe, que le soleil se lève à l’Est (le nouveau monde multipolaire) et se couche à l’Ouest (la fin de l’hégémonie occidentale).

L’avant-dernière étape de cette fin hégémonique de l’Occident vient d’avoir lieu en Éthiopie, où au Sommet de l’Union africaine, le représentant de l’Ouganda, Jeje Odongo, s’exprimant au nom du reste des pays, a déclaré : « Nous avons été colonisés et nous pardonnons à ceux qui nous ont colonisés. Maintenant, les colonisateurs nous demandent d’être les ennemis de la Russie, qui ne nous a jamais colonisés. Est-ce juste ? Pas pour nous. Leurs ennemis sont leurs ennemis. Nos amis sont nos amis. En d’autres termes, les Africains mettent dans leur bouche ce que beaucoup de peuples du monde pensent, du Sud qui se réveille et entre dans une nouvelle phase de décolonisation.

Notes :

(1) https://www.fmprc.gov.cn/mfa_eng/wjbxw/202302/t20230220_11027664.html

(2) https://www.fmprc.gov.cn/eng/wjbxw/202302/t20230221_11028348.html

(3) https://www.fmprc.gov.cn/esp/zxxx/202302/t20230224_11030757.html

Alberto Cruz est journaliste, politologue et écrivain. Son nouveau livre s’intitule « Les sorcières de la nuit ». Le 46e régiment « Taman » des aviateurs soviétiques dans la Seconde Guerre mondiale », édité par La Caída avec la collaboration du CEPRID et qui en est à sa troisième édition. Les commandes peuvent être passées à libros.lacaida@gmail.com ou ceprid@nodo50.org Il peut également être trouvé dans les librairies.

albercruz@eresmas.com


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 4289147

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Territoires  Suivre la vie du site Internationale   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2p + ALTERNATIVES

Creative Commons License