CEPRID

L’Ukraine, la lutte angoissante de l’Occident pour ne pas perdre son hégémonie

mardi 24 mai 2022 par CEPRID

L’intérêt de cet article est double. Bien sûr il dit qu’au-delà de l’émotion hystérique, de la psychologisation stupide, tous ceux qui ont protesté contre les interventions occidentales et otanesques ne peuvent que dénoncer l’hypocrisie occidentale. Mais il va plus loin et, comme je ne l’ai cessé de le répéter il montre comment les sanctions occidentales marquent l’accélération historique de la fin de son hégémonie, non seulement militaire, mais financière. Aucun pays n’est à l’abri du vol organisé qu’est le système financier basé sur le dollar. Cela force la Chine à agir ce qui pouvait être attendu mais également des alliés de toujours comme les Saoudiens. Peut-être est-ce vraiment ce qui se cache derrière ce que nous voyons et qu’au-delà de la raison avancée par la Russie, la « démilitarisation et la dénazification » de l’Ukraine, il y a le changement de politique monétaire mondiale et la fin de l’hégémonie du dollar, et dans une moindre mesure de l’euro, en tant que monnaies de réserve mondiales. Un prolongement intéressant de ce type d’analyse serait de voir combien l’hystérie des médias françaises derrière l’OTAN, se combine avec une inquiétude de nos propres capitalistes qui fait du président français et du chancelier allemand les ventres mous de l’occident. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

Alberto Cruz

LE CEPRID

La guerre en Ukraine n’est pas formellement une guerre parce que ni la Russie n’a déclaré la guerre à l’Ukraine ni ce pays à la Russie. C’est pourquoi l’ONU n’utilise pas ce mot et utilise le terme « conflit ». Pour cette raison même, les pays occidentaux qui aident l’Ukraine avec des armes et des « volontaires » ne deviennent pas des co-belligérants selon la loi, même s’ils le sont en fait. Cela a une explication longue et soignée en vertu du droit international qui ne devrait pas être abordée maintenant.

Oui, nous devons entrer dans la manière schizophrénique dont l’Occident fait face à cette situation qui lui revient en boomerang parce que, à proprement parler, nous assistons à la répétition de ce que l’occident n’a cessé de faire : la Russie applique son « moment Irak » ou son moment « responsabilité de protéger ». Combien de fois avons-nous entendu l’Occident, en particulier les États-Unis (ou Israël), dire « nous avons tout à fait le droit de prendre des mesures pour protéger notre sécurité ? » Ou que « nous avons tout à fait le droit de protéger la population par une intervention humanitaire ? » La première a eu lieu en Irak, en Afghanistan, à Gaza… Deuxièmement, en Yougoslavie, en Somalie, en Serbie, en Libye, en Syrie, au Kosovo… Surtout au Kosovo, qui est le précédent que l’Occident (États-Unis et UE) voulait effacer de l’histoire et c’est pourquoi ils ont toujours dit que c’était « unique ». Eh bien, non, ce n’est pas mal que cela pèse sur eux. Dans le cas du refus de l’Ukraine de rejoindre l’OTAN, de démilitariser et de « dénazifier », les arguments de la Russie, il est clair qu’elle défend sa sécurité. Si l’on considère la protection de la population du Donbass, il en va de même.

Qu’on le veuille ou non, et même si c’est en soi une violation du droit international, la Russie applique la même recette que celle que nous avons vue auparavant. Ce en quoi l’affaire est différente, c’est qu’avant c’était à la plus grande gloire de l’Occident, cela servait à consolider son hégémonie, et maintenant c’est au détriment de l’Occident, cela marque sa décadence.

C’est ce à quoi nous assistons, la perte de l’hégémonie occidentale à tous égards. L’Ukraine n’est qu’un maillon de cette lutte angoissante de la part de l’Occident pour ne pas perdre son hégémonie. Nous entrions clairement dans une nouvelle ère, mais la Russie nous y a poussés. Nous regardons la guerre, les fusillades, mais ce n’est pas la guerre qui est le fait majeur.

Et puisque la poussée est définitive, l’Occident n’a qu’une seule réponse, qui n’est pas militaire parce qu’elle se réalise dans des conditions d’infériorité. La Russie est supérieure militairement à l’Occident tout entier, ensemble (OTAN) ou séparément. Et ce n’est pas en nombre de soldats, d’avions ou de navires, mais en qualité : des armes hypersoniques. Et ils le savent. C’est pourquoi l’Occident a utilisé la seule arme qui lui reste : l’arme économique (1). Une économie du G20 est attaquée et c’est un précédent que les Chinois examinent attentivement, ils observent ce que l’occident est prêt à faire pour ne pas perdre son hégémonie.

Ce n’est qu’avec les sanctions que l’Occident se considère encore comme le gardien de « l’ordre fondé sur des règles » sur lequel il insiste depuis des années – et non le droit international parce qu’il interdit les sanctions si elles ne sont pas imposées par le Conseil de sécurité de l’ONU – et l’utilisation des institutions financières est le seul levier dont il dispose pour cela.

Les avoirs étrangers de la Banque centrale de Russie ont été gelés afin que la Russie ne puisse pas manœuvrer avec sa monnaie. Cela signifie simplement qu’une tentative est faite pour faire s’effondrer le système financier russe.

Si cela n’ouvre pas définitivement les yeux de tous les pays du monde qui veulent se libérer de la prison occidentale, rien ne le fera. C’est certes un bon coup, mais pas du tout définitif. Sans doute la Russie en est consciente et le risque d’avoir des dollars comme monnaie de réserve, bien qu’à l’heure actuelle il soit très limité, à seulement 17% du total, mais l’euro et la livre sont dans une proportion plus ou moins égale de sorte qu’un peu plus d’un tiers des réserves russes sont menacées.

Mais la Russie n’est pas seule, il y a la Chine et la route russe est une voie de non-retour… pour le dollar. La poussée russe pour un nouvel ordre multilatéral est aussi la poussée définitive concernant le dollar comme monnaie de réserve mondiale parce que comme avec le Venezuela, ou l’Iran, ou l’Afghanistan (argent volé par l’Occident) le message qui est lancé, encore et encore, et c’est le message définitif, est que l’argent des pays n’est pas vraiment l’argent de ces pays, mais de l’Occident, qui le lui laisse ou ne lui laisse pas utiliser à sa discrétion.

Il est temps de créer un nouvel ordre monétaire dans lequel les pays sont beaucoup moins sensibles à notre influence ou à celle de l’Europe. Un nouvel ordre monétaire dans lequel vous allez revenir à l’or pour soutenir les devises et quelque chose comme ça, c’est ce que les Chinois ont à l’esprit.

Le dollar est déjà à son plus bas niveau, et en baisse, en tant que monnaie de réserve mondiale. L’année 2022 a commencé par une autre baisse significative, passant de 60,5% en 2021 à 59,15% (il faut tenir compte du fait que l’année 2000 était à 71,93%). Son déclin est imparable, comme le FMI lui-même le reconnaît lorsqu’il affirme que « les banques centrales ont progressivement abandonné le dollar ». C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas d’un échauffement mais d’une politique déterminée et réfléchie qui va s’amplifier avec ce qui vient d’être fait avec la Russie. Dans le même temps, et comme le dit aussi le FMI, l’euro est « stagnant » depuis longtemps et il n’y a qu’une seule monnaie qui augmente inexorablement : le renminbi, qui a terminé 2021 avec une utilisation de 2,70% dans les transactions financières mondiales (40,51% le dollar et 36,65% l’euro) et avant l’intervention russe en Ukraine était déjà placé à 3,20%, surperformant nettement le yen japonais (2,79%). Et ce n’est pas encore internationalisé.

Peut-être est-ce vraiment ce qui se cache derrière ce que nous voyons et qu’au-delà de la raison avancée par la Russie, la « démilitarisation et la dénazification » de l’Ukraine, il y a le changement de politique monétaire mondiale et la fin de l’hégémonie du dollar, et dans une moindre mesure de l’euro, en tant que monnaies de réserve mondiales.

L’une des surprises que nous voyons est que la Russie n’a pas encore répondu aux sanctions occidentales. Lorsqu’elles lui ont été imposées après l’annexion de la Crimée (que la Russie a justifiée non seulement dans la décision de la population, mais dans le précédent du Kosovo), il a fallu à peine un mois pour répondre par ses contre-sanctions qui, selon l’UE, ont signifié pour les fonds européens une perte de 276 000 millions d’euros pour laquelle, étonnamment et grotesquement, elle a dénoncé la Russie pour « pratique déloyale » devant l’Organisation mondiale du commerce. L’UE peut sanctionner, mais elle ne peut pas être sanctionnée. C’est, bien sûr, « l’ordre fondé sur des règles » proposé par l’Occident et qui est très simple : je fais les règles et vous les suivez.

La non-réponse de la Russie n’est peut-être due qu’à deux raisons, et nous entrons dans la pure spéculation : elle espère contrôler la situation en Ukraine à court terme, disons un mois ou deux, et le déclin économique mondial – avec les difficultés qui en découlent pour le monde entier, y compris l’Occident comme on le voit déjà – va entraîner l’annulation de ces sanctions.

Pendant ce temps, il y a le paradoxe que tandis que les pays occidentaux qui ont imposé les sanctions traversent de grands moments d’angoisse en raison du manque de fournitures, on voit la Russie s’adapter à la situation beaucoup plus rapidement et avec une grande facilité. Il ne fait aucun doute qu’elle s’est soigneusement préparée à ces sanctions pour protéger son marché intérieur, pour s’assurer qu’il n’y a pas d’interruptions dans la chaîne logistique et que la population ne souffre pas. Et il ne fait aucun doute que l’un de ses grands atouts est la nationalisation des entreprises occidentales qui ont quitté le pays si elles ne reviennent pas dans un avenir proche. C’est pourquoi beaucoup d’entre eux parlent de « suspension temporaire des opérations » en Russie tout en payant les salaires des employés.

Le document russo-chinois de février

Quoi qu’il en soit, il est clair que la Russie n’aurait pas franchi le pas en Ukraine si elle n’avait pas été assez confiante pour avoir le soutien de la Chine. Le 4 février, les deux pays ont signé un document (2) qui est non seulement un signal d’alarme très sérieux pour l’Occident, mais qui change totalement la donne : la déclaration commune apporte un soutien total à la Russie, soutient sa demande de garanties de sécurité et s’oppose à l’expansion de l’OTAN. C’est-à-dire qu’il y a un réel engagement de la Chine à atténuer et /ou à aider la Russie face aux sanctions qui étaient déjà brandies.

Ce document doit être lu attentivement car, entre autres, il est question de coordination au Conseil de sécurité de l’ONU, de défense du droit international et de rejet de « l’ordre fondé sur des règles » que les États-Unis veulent imposer et que leurs vassaux européens suivent docilement.

Il y a aussi quelque chose qui va au-delà de ce qui est dit dans ce document, c’est la démonstration pratique du renforcement des liens non seulement politiques, mais économiques, entre les deux pays, en particulier le pétrole et le gaz par la Russie et la construction d’un nouveau gazoduc, le « Power of Siberia 3 » dans les trois ans. Le « Power of Siberia 2 » entrera en vigueur cette année et le « Power of Siberia 1 » est déjà opérationnel. Pour ceux qui voulaient voir, c’était la démonstration pratique du peu de soucis de la Russie, comme on l’a déjà dit, de continuer ou non avec le gazoduc « Nord Stream 2 » vers l’Allemagne et que ce n’était rien de plus qu’une tentative, peut-être la dernière, de maintenir un lien avec l’Europe, mais ce n’est pas essentiel, pas du tout, pour son économie. Depuis quelque temps, son regard est plus tourné vers l’Est que vers l’Ouest.

Et un autre aspect important du document cité est que la Chine évite de parler de l’Ukraine, même de la Crimée, tandis que la Russie parle de Taiwan. C’est une concession russe claire qui permet à la Chine de continuer à maintenir sa stratégie de ne pas s’impliquer dans les questions intérieures. Cela se voit maintenant clairement, la Chine refusant de suivre le chœur des condamnations occidentales et s’en séparant clairement.

Ce flanc est couvert par la Russie sans le moindre doute. Il y aura plus ou moins d’accélération dans les mouvements, mais les étapes sont claires. Par exemple, l’utilisation par la Russie du renminbi chinois comme alternative aux sanctions. Ce sont encore des mouvements naissants étant donné que la Russie oblige les Occidentaux à payer en roubles, puisqu’elle a été déconnectée de SWIFT (le système de transactions financières internationales contrôlé par l’Occident), mais le fait que le 9 mars la Banque russe du commerce extérieur, l’une de celles sanctionnées par l’Occident avec la déconnexion de SWIFT, annonce l’ouverture d’un dépôt en renminbi avec un taux d’intérêt annuel de 8% indique où vont les choses car ce ne seront pas seulement les Russes, en particulier ceux qui sont engagés dans l’import-export, qui effectueront toutes leurs opérations en renminbi à partir de maintenant parce que l’intérêt est très lucratif pour eux, mais aussi les Chinois pourront avoir des comptes dans cette banque, et ils le feront étant donné que l’intérêt en Chine pour ce type d’opérations de commerce extérieur est de 3%.

C’est l’une des premières étapes connues de l’insertion russe dans le système de paiement interbancaire chinois, c’est-à-dire l’alternative chinoise à SWIFT. Au 31 janvier, le CIPS avait des actifs dans 43 banques et institutions en Afrique, 159 en Europe, 943 en Asie (dont 541 chinois), 23 en Océanie, 29 en Amérique du Nord et 17 en Amérique du Sud (3). Cela fait un total de 1 214 banques et institutions qui sont déjà connectées au système chinois, totalement ou partiellement (comme c’est le cas des Européens et des Américains, en particulier). Cela signifie qu’à l’heure actuelle, le système chinois fonctionne déjà avec 11% de ce que le système SWIFT comprend. Et cela signifie que tout le monde utilise déjà les transactions frontalières en renminbi-yuan parce que c’est la seule monnaie qu’ils utilisent. Et que les Chinois considèrent que leur système n’en est encore qu’à ses débuts. En fait, ils parlent de CIPS 1 et CIPS 2.

Formellement, aucun pays exclu de SWIFT ne peut utiliser le dollar, l’euro, la livre sterling, le yen et le renminbi. Formellement, parce qu’il y a toujours des fissures. Mais cela ne se produit ni avec les Chinois ni avec le système russe lui-même, le système de transmission de messages financiers – qui a déjà de nouveaux ajouts puisque dès le début de la crise, 23 banques et institutions de Biélorussie, d’Arménie, du Kazakhstan et du Tadjikistan, ou ce qui est la même chose, tous les pays qui font partie de l’Union économique eurasienne, l’ont rejoint, qu’ils peuvent utiliser les monnaies qu’ils considèrent bien que la prépondérance soit donnée à la fois au renmimbi dans un cas (et exclusivement) et au rouble dans un autre. Un fait pertinent est que l’UEE a son économie dédollarisée à 70%, donc maintenant elle sera complètement dédollarisée.

L’exemple de l’Iran

Lorsque l’Iran a été expulsé de SWIFT en 2012, une exclusion qui a duré trois ans, les dommages causés à son économie auraient été compris entre 30% et 50% en raison de difficultés à vendre son pétrole. On dit que c’est ce qui a forcé l’Iran à accepter l’accord nucléaire signé en 2015. C’est dit. Les Iraniens, sans surprise, ont toujours nié cela. Et puis il n’y avait pas d’alternative à SWIFT.

Maintenant, l’Iran n’est pas exclu de SWIFT, mais il est soumis à des sanctions de « pression maximale » de la part des États-Unis qui l’empêchent d’utiliser le dollar, il a restreint l’euro (en raison de la peur européenne des sanctions américaines) et d’autres devises occidentales, mais il est facile de deviner où il s’échappe et pourquoi il n’a pas coulé dans la mer depuis que les États-Unis ont violé l’accord en 2018 et imposé leurs sanctionsillégales en vertu du droit international (pas selon leur « ordre fondé sur des règles » et donc suivis avec enthousiasme par leurs vassaux). Et bien que la Cour internationale de Justice de La Haye ait rendu une décision en octobre 2018 en faveur de l’Iran et affirmant que les ressources financières ne pouvaient pas être sanctionnées pour les achats humanitaires, l’Occident s’en fichait : c’est son ordre et ses règles. Comme l’UE avec la plainte contre la Russie à l’OMC.

Tout cela pour indiquer que les voies de sortie de la Russie sont beaucoup plus nombreuses que celles de ceux qui ont imposé les sanctions et qui cachent leur peur de la perte de leur hégémonie.

Au 12 février, les dernières données connues, c’est-à-dire juste avant la guerre, 17% des échanges commerciaux entre la Russie et la Chine étaient effectués en renminbis-yuan et 12% de toutes ses réserves monétaires sont dans cette monnaie, pour donner quelques données. Il ne fait aucun doute qu’à court terme, il y aura un certain recul de l’économie russe, mais pas à moyen terme et encore moins à long terme. L’Occident est avide de deux choses : montrer qu’il a encore du pouvoir et remporter une victoire. Et le seul moyen qu’il a, c’est la propagande. En cela, sans aucun doute, il est un maître. C’est pourquoi nous voyons ce que nous voyons tous les jours.

Un fait pertinent est que SWIFT ne gère pas de fonds ou de comptes, il fournit uniquement un service de transmission de messages. C’est-à-dire que s’il y a accord entre celui qui vend et celui qui achète, par exemple sous forme de paiement, sans aucun intermédiaire, le commerce est maintenu comme d’habitude. Et dans ce contexte, il y a une nouvelle qui devrait faire réfléchir plus d’une fois : la Russie et l’Inde « étudient » la possibilité d’augmenter leur commerce en roubles et en roupies. Peut-être cela aide-t-il à comprendre l’abstention de l’Inde dans le vote du CS de l’ONU qui visait à condamner la Russie pour son intervention en Ukraine.

Bien sûr, si le système chinois représente déjà 11% de SWIFT, il est plus que probable qu’avec la guerre en Ukraine, cela augmentera. En raison des habitudes, des dépendances (mentales et économiques) de l’Occident par de nombreux pays, il existe encore un moyen pour SWIFT de perdre sa domination (et, avec lui, l’Occident), mais les délais sont de plus en plus raccourcis.

Dans cette lutte angoissante de l’Occident, une victoire doit être présentée, et c’est pourquoi le discours est homogène, pour l’instant : nous avons sanctionné la Russie avec SWIFT et nous allons la couler. Il n’a pas coulé l’Iran il y a six ans, or il était plus faible que la Russie. Et, au fil du temps, la réalité apparaît clairement. C’est pourquoi, ces derniers jours, nous assistons à un rejet par l’UE de la proposition de Washington de sanctions sur les exportations de pétrole de la Russie. Si vous prenez en compte que le budget de la Russie s’est clôturé avec une estimation du prix du baril de pétrole à 45 dollars (et dépasse 100), vous voyez comment des pays comme l’Iran ou maintenant la Russie résistent.

Le moment est crucial parce que les sanctions occidentales sont le dernier atout que ceux qui ont gouverné le monde peuvent jouer et qui conduiront à un fossé économique mondial entre l’Occident et les économies alignées sur la Russie (et la Chine) qui sont ouvertes à la séparation du système financier actuel dominé par les États-Unis, accélérant ainsi une large réorientation économique mondiale. En termes simples, cela va avoir un impact dévastateur évident sur le statut du dollar américain en tant que monnaie mondiale, et l’euro rebondira, qui diminue déjà d’année en année de manière notable et va maintenant s’accélérer. Avec son déclin, nous assisterons au déclin occidental définitif. Pour cette raison, et pas pour autre chose, c’est ce que l’Occident combat, pour retarder (parce qu’il ne peut pas l’éviter) sa perte d’hégémonie.

P.S.- Lorsque cet article devait être envoyé pour publication, le ministère russe des Finances a annoncé le paiement de la dette en yuans (14 mars). Bien qu’il ait déclaré que cette mesure est temporaire et que l’intention russe est de payer sa dette en roubles (avec laquelle les Occidentaux perdent en raison de la dépréciation de la monnaie russe), le saut que le yuan fera dans les transactions financières est spectaculaire et il y a ceux qui annoncent déjà qu’il atteindra 10% avant 2030.

Le même jour, trois autres nouvelles ont mis le fardeau de la démolition définitive sur l’hégémonie occidentale :

a) L’Union économique eurasienne et la Chine ont annoncé qu’elles élaboreraient un projet de système monétaire et financier international indépendant. Il sera basé sur une nouvelle monnaie internationale, qui sera calculée comme un indice des monnaies nationales des pays participants et des prix des matières premières.

b) Le Bélarus et la Russie conviennent d’éliminer le dollar dans l’exploitation des ressources énergétiques.

c) L’Inde et la Russie étudient la possibilité d’utiliser le yuan chinois comme monnaie de référence pour évaluer le mécanisme d’échange de roupies et de roubles.

Comme si tout cela ne suffisait pas, un jour plus tard, le 15, un autre avec un niveau explosif encore plus élevé : l’Arabie saoudite négocie activement avec la Chine pour vendre une partie de son pétrole en yuans au lieu de dollars.

Notes

(1) Le nouveau concept de guerre américaine : les sanctions économiques comme instrument face à la faiblesse militaire https://www.nodo50.org/ceprid/spip.php ?article2411

(2) http://en.kremlin.ru/supplement/5770

(3) https://www.cips.com.cn/en/participants/participants_announcement/56048/index.html

Alberto Cruz est journaliste, politologue et écrivain. Son nouveau livre est « Les sorcières de la nuit. Le 46e régiment « Taman » d’aviateurs soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale », édité par La Caída avec la collaboration du CEPRID et qui en est à sa troisième édition. Les commandes peuvent être passées à libros.lacaida@gmail.com ou ceprid@nodo50.org il peut également être trouvé dans les librairies.

albercruz@eresmas.com


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 3514044

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Territoires  Suivre la vie du site Internationale   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2p + ALTERNATIVES

Creative Commons License