CEPRID

Kazakhstan, une défaite significative de l’Occident en Asie centrale

vendredi 18 février 2022 par CEPRID

Alberto Cruz

LE CEPRID

Traduit par Danielle Bleitrach

Un pays dont on parle peu, le Kazakhstan, a été celui qui a commencé l’année de manière importante. Une série de manifestations, d’abord pour protester contre la hausse du prix du carburant, a fini par se transformer en une lutte entre clans oligarchiques et en une défaite des aspirations de l’Occident à un nouveau règlement après le fiasco afghan.

Près d’un mois plus tard, nous devons commencer par un principe qui devrait être pris en compte lorsque l’on parle de l’un des pays de l’ex-URSS en Asie centrale se terminant par « stan » (Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan, Kirghizistan et Kazakhstan lui-même) et qui se résume en six axes qui sont répétés dans l’un d’entre eux : 1) Ils acquièrent un rôle pertinent au niveau géopolitique en Occident après le retrait d’Afghanistan parce qu’ils se sont retrouvés sans endroit pour localiser leurs troupes. 2) Dans chacun d’eux, il existe des tensions récurrentes pour des raisons ethniques et/ou religieuses dans lesquelles, parfois, la minorité russe joue un rôle de plus ou moins grande importance. 3) Dans chacun d’eux, il y a des clans oligarchiques importants, presque toujours liés à différents clans ethniques et / ou religieux. 4) Depuis que ces clans se sont enrichis jusqu’à des extrêmes insultants après la privatisation à grande échelle pratiquée après la disparition de l’URSS, il existe une grande inégalité sociale qui génère des tensions économiques et sociales périodiques. 5) Par le fait d’être là où ils se trouvent, ils ont pratiqué avec plus ou moins d’intensité la politique « multivectorielle » ou, ce qui est la même chose, ils ont essayé d’équilibrer leurs alliances avec l’Occident et avec l’Est, avec la Russie fondamentalement dans ce cas. 6) Ils ont un passé commun au sein de l’Empire ottoman jusqu’à l’apparition de l’URSS et, plus tard, la pénétration de la Turquie en eux est une tentative de reconstruire ce que le panturquisme appelle « le Grand Turan ».

Donc, dans l’ordre.

Le rôle de la Grande-Bretagne

Après le retrait occidental en Afghanistan, il y a eu un pays qui s’est retrouvé, littéralement, le cul en l’air : il ne savait pas où placer les 4 000 soldats qu’il avait dans ce pays. Alors que les États-Unis ont déplacé les leurs vers leurs bases dans les pays du golfe Persique et que leurs vassaux européens (parce qu’ils le sont) ont retiré les leurs dans leurs pays puisqu’il y en avait quelques centaines, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne, en pleine effervescence néocolonialiste après le Brexit, n’a pas voulu faire de même bien qu’il n’ait finalement pas eu d’autre choix. Mais il voulait y remédier et retourner dans la région. Le seul pays d’Asie centrale où il a de grands intérêts est le Kazakhstan.

Pour ce faire, elle a utilisé sa nouvelle stratégie de sécurité nationale approuvée en mars 2021 qui rompt avec ce qui était jusqu’alors la politique étrangère britannique car, à partir de ce moment, deux pays sont devenus, officiellement, ses ennemis : la Russie et la Chine. Dans cet ordre. La Russie a depuis été considérée comme « la principale menace pour la sécurité britannique » tandis que la Chine est « un défi systémique ». Le document en question s’intitule « La Grande-Bretagne à l’ère de la concurrence. Examen intégré de la sécurité, de la défense, du développement et de la politique étrangère ». Mais ce qui est intéressant, c’est qu’il y a une augmentation significative du budget pour les « opérations spéciales » de ses forces armées qui peuvent opérer n’importe où dans le monde. Ce n’est un secret pour personne que les Britanniques sont en Ukraine, presque en concurrence avec les États-Unis pour savoir qui arme le mieux et le plus les nazis là-bas, et chacun sait qu’ils ont été les plus rapides à soutenir la Pologne dans la crise des réfugiés avec la Biélorussie.

Ce qui est un secret, ou du moins très peu connu, c’est que la Grande-Bretagne a de grands intérêts économiques au Kazakhstan (plus que les États-Unis) tels que, par exemple, l’uranium. Le Kazakhstan est le pays qui exporte le plus d’uranium au monde. Il y a 13 entreprises qui l’extraient et seulement deux d’entre elles sont kazakhes. Les autres sont des étrangers. Mais deux Britanniques sont les plus importantes, suivies par d’autres du Canada et des États-Unis. Il y a beaucoup d’autres secteurs où la présence britannique est la principale, c’est pourquoi l’ineffable Tony Blair, ancien Premier ministre britannique, a été pendant plusieurs années conseiller de l’ancien président kazakh Nazarbayev.

Et c’est pourquoi la Grande-Bretagne a longtemps été le refuge préféré des oligarques kazakhs, persécutés par la justice de leur pays ou non. C’est là que les membres du clan oligarchique le plus puissant du Kazakhstan, celui de l’ancien président Nazarbaïev, ont leurs résidences principales à l’étranger, là où ils détournent une grande partie de l’argent qu’ils gagnent – on dit que ce clan contrôle 55% de la richesse du pays – et où voyagent les oligarques qui ont un problème avec la justice pour avoir volé au-delà du raisonnable. C’est le cas de Mukhtar Abliazov, l’un des oligarques les plus corrompus.

Ce type est l’oligarque classique de chacun des pays de l’Est et des anciennes républiques de l’URSS : il passe d’homme d’affaires à ministre, il redevient entrepreneur, il redevient ministre, etc. En bref : à cause de la lutte des clans, ou oligarques, il a fini par être déposé, accusé de corruption, d’abus de pouvoir et condamné. Mais comme il était un homme de l’Ouest, l’Occident s’est rapidement prononcé en sa faveur et a réussi à le faire gracier moins d’un an plus tard. Mais il est retourné dans les sentiers battus, à nouveau condamné mais pas arrêté parce qu’il s’est enfui en Grande-Bretagne, où il a obtenu l’asile politique. De ce fait, il a organisé son parti et son lobby de pression, très actif au Parlement européen et où, comme il est d’usage avec tout ce qui sent l’Est, il est bien accueilli par l’ensemble du spectre politique. Surtout si la Russie est impliquée.

Mais en Grande-Bretagne, il a aussi fait des siennes et a tellement contrarié ses hôtes qu’ils ont menacé de l’arrêter et de lui retirer son asile. Abliazov s’enfuit à nouveau, mais pas loin : en France. La Russie a demandé son extradition pour crimes économiques, mais cela a suffi pour lui accorder la carte d’asile en arguant qu’il était un persécuté politique, vous savez, par le plus méchant de tous les méchants : Poutine. Bien sûr, il a installé son lobby au Parlement européen à plein régime (1), organisé son parti et établi son quartier général aussi près que possible du Kazakhstan : en Ukraine. Il n’est donc pas surprenant que ce pays ait joué le rôle que ce pays a joué dans les révoltes kazakhes.

Depuis l’Ukraine, Abliazov a fait des annonces de mobilisations et de manifestations pour « un changement de régime » qui, à de très rares occasions, ont été suivies par la population, bien qu’ayant bénéficié d’un soutien non négligeable : celui des États-Unis. De la page de l’ambassade de ce pays au Kazakhstan, chacune de ces initiatives a été publiée sous prétexte que les citoyens américains pourraient s’y trouver pris. Le dernier, avec beaucoup de détails en termes de villes, de lieux et d’heures, était le 16 décembre.

Ce jour-là, rien ne s’est passé, mais quinze jours plus tard et presque dans les mêmes villes et lieux annoncés par l’ambassade. Ce qui est intéressant, c’est que dès que les émeutes ont commencé, cette information a disparu du site Web de l’ambassade.

Les luttes ouvrières comme dissimulation de la lutte des clans oligarchiques

L’une des villes les plus combatives du pays, et où dans la pratique les révoltes ont commencé est Janaozen. Déjà en 2011, il y avait des mobilisations ouvrières dans cette ville, réprimées par plusieurs morts, avec l’augmentation des salaires – en particulier dans le secteur pétrolier – comme principale demande visible.

Le Kazakhstan a une histoire intéressante de luttes ouvrières et cela va au-delà de cette année 2011, bien que ce soit à partir de là qu’elles se multiplient et voyagent tout au long de cette décennie conduisant à l’interdiction des syndicats et même du Parti communiste. C’était pendant le mandat de Nazarbayev. Déjà en 2020, il y a eu des grèves dans les secteurs industriel et pétrolier, qui se sont étendues en 2021 aux mines d’or. Cependant, la différence est que dans ce dernier cas, il y avait beaucoup moins de répression, bien qu’il y en ait eu.

Ce qui est intéressant, c’est que ces luttes ouvrières ont toujours été utilisées par les oligarques dans leurs luttes internes, même au sein d’un même clan. C’est ce qui s’est passé maintenant, qu’une revendication sociale pour la hausse du prix du carburant est devenue une lutte entre clans et un pouls entre l’Ouest et l’Est au niveau géopolitique, avec une petite extension turque. C’est pourquoi j’avais l’habitude de dire que les revendications salariales étaient les visages visibles d’autres luttes moins visibles mais beaucoup plus fortes. C’est quelque chose, la lutte entre clans, qui s’est multipliée par mille depuis la disparition de l’URSS dans toutes ses anciennes républiques.

En 2011, cette révolte ouvrière a été utilisée pour nettoyer l’un de ces clans qui était lié à Nazarbayev lui-même et qui a touché, ni plus ni moins, l’un de ses gendres. Nazarbayev a été accusé, au sens figuré, de corruption profitant des circonstances. Mais rien ne lui est arrivé, notamment parce qu’il a choisi de quitter le pays et de partir… en Grande-Bretagne, le paradis doré des oligarques kazakhs. Lorsque Nazarbayev a quitté le pouvoir en 2019, le gendre a apparemment profité de son exil doré et luxueux pour devenir un opposant au nouveau gouvernement.

L’expansion rapide de la révolte ne peut pas être considérée comme relevant d’une coordination car, au Kazakhstan (et dans le reste des pays « stan »), c’est toujours plus que quelqu’un qui tire les ficelles, à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Et il n’y a pas toujours les mêmes stratégies, mais plutôt différentes. Dans ce cas particulier, trois bandes : les pro-occidentaux, les pro-turcs et les pro-orientaux. Avec les nuances que vous voulez mettre à ces qualificatifs.

Les demandes initiales des manifestants étaient raisonnables et le gouvernement Tokaïev, bien qu’il ait d’abord réagi comme tous les gouvernements, a cédé quelques jours plus tard, proposant la démission de ses membres. Mais cela n’a pas calmé les esprits, et ceux qui ont tiré les ficelles ont joué le tout pour le tout. Surtout dans le sud du pays. Le fait que dans certaines villes l’appareil de sécurité ait disparu de la scène était très surprenant, tout comme l’apparition de manifestants armés. Par qui et où sont encore des questions en suspens, bien que le clan victorieux n’hésite pas à accuser les islamistes derrière tout cela (avec une accusation voilée à la Grande-Bretagne et aux États-Unis d’avoir déplacé des combattants islamistes de Syrie en Afghanistan et, d’ici, au Kazakhstan). Mais bien que ce soit l’une des versions officielles, une autre est que le chef de la sécurité du pays a facilité et consenti à tout, donc quand les choses sont devenues un peu claires, surtout après l’arrivée dans le pays des troupes de l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC), il a été arrêté pour « haute trahison ». Et sa relation avec les États-Unis et avec le président Biden d’aujourd’hui en particulier a été découverte.

Le parallèle avec ce qui s’est passé en Ukraine en 2014 est plus qu’évident, ainsi que les implications externes et internes.

L’OTSC a ordonné un arrêt… avec un accord chinois ?

Il fut un temps où il semblait que le gouvernement ne se maintiendrait pas, que les clans enchérissaient partout et que la révolte se propageait. Jusqu’à ce qu’un acteur inattendu fasse son entrée en scène : l’OTSC. Cela a été décisif parce qu’aucun des clans en lice, à l’exception de celui au pouvoir, n’a même pensé que quelque chose comme cela pourrait arriver : cela n’a pas été fait en Arménie pendant la guerre du Haut-Karabakh avec l’Azerbaïdjan ou en Biélorussie, mais maintenant, l’Arménie et la Biélorussie étant membres de l’OTSC.

Une présence rapide et efficace, bien qu’avec de nombreuses questions auxquelles il reste à répondre. Par exemple, si la Russie savait ce qui allait se passer (près de 25% de la population du Kazakhstan est russe) et avait tout graissé pour fonctionner au bon moment. Par exemple, si ce mouvement a été coordonné avec la Chine ou non. Parce que si la Chine savait, nous sommes dans une autre étape des relations géopolitiques, que l’Occident le veuille ou non. Il n’y aura plus d’Ukraines, plus de coups d’État, plus de révolutions de couleur, plus de “changements de régimes”, ou quoi que ce soit de ce genre dans cette région. C’est à un pas vers l’élimination de l’Occident de l’Asie centrale.

Il ne serait pas surprenant que la Russie ait, sinon consulté, du moins informé la Chine la présence de l’OTSC au Kazakhstan. Ce que les médias chinois ont publié va dans ce sens, sans être aussi explicite. Les ministres des Affaires étrangères des deux pays sont connus pour avoir été en contact étroit tout au long de la révolte et la position officielle de la Chine est que « la Chine et la Russie, en tant que membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies et des pays voisins et amis d’Asie centrale, doivent empêcher le chaos ou la guerre d’éclater dans la région ».

Ici, nous devons examiner deux choses : premièrement, son droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU est clairement exprimé, c’est-à-dire qu’il avertit les pays occidentaux (les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne) de ne pas se déplacer parce que rien de ce qu’ils proposent ne se réalisera. Deuxièmement, quand il parle de « pays voisins et amis », il parle de frontières et dit quel est le point d’entente qu’ils doivent mettre en avant pour éviter le chaos ou la guerre dans la région. La Chine envoie des signaux clairs aux suspects habituels, lisez l’Occident, car ce qui n’a pas été dit, c’est que la zone où la révolte kazakhe était la plus importante était dans le sud, centrée sur la ville d’Almaty. Et tout ce sud, qui est composé de deux provinces, le Kazakhstan oriental et Almaty, est la frontière entre le Kazakhstan et la Chine. Mais pas avec n’importe quelle partie de la Chine, mais avec le Xinjiang. Juste le nœud du problème pour comprendre la campagne occidentale contre la Chine et les moyens d’affaiblir ce pays.

Au Kazakhstan, il est déjà ouvertement reconnu que c’est là que les manifestations ont été les plus violentes et qu’il y a eu plus de présence islamique. La Turquie elle-même reconnaît que c’est là que ses entreprises sont les plus présentes. Et c’est ici que le gouvernement kazakh dit qu’il y a eu des « camps d’entraînement pour les extrémistes islamiques » venant à la fois du Moyen-Orient (en particulier de la Syrie) et d’Afghanistan dans des chiffres allant de 20 000 à 8 000 qui, sûrement, seront exagérés mais qui indiquent que lorsque la rivière déborde, l’eau transporte. Que le canal soit grand ou petit.

La Chine est le pays qui a le plus de frontières avec les autres, avec jusqu’à 14 pays. Par conséquent, tout ce qui se passe dans les pays voisins est important pour elle. C’est pourquoi la Chine dit toujours qu’avec ses voisins, elle tente d’éviter « les trois maux : le terrorisme, l’extrémisme et le séparatisme ». C’est directement lié à la sécurité nationale de la Chine ou à ce qui est pareil : la Chine ne va pas rester les bras croisés dans tout ce qui se passe en elle. D’autant plus que l’une des choses dont les ministres des Affaires étrangères russe et chinois ont parlé était que s’il y a d’autres révoltes de ce type dans la région, ce n’est pas l’OTSC qui interviendra, mais l’Organisation de coopération de Shanghai. La Chine n’est pas dans l’OTSC, la Chine est dans l’OCS. Cela va aller à un niveau beaucoup plus élevé. Et décisif.

La politique qui accorde satisfaction aux revendications

En bref : qu’il y ait eu une coordination des forces internes et externes est évident. Qu’une lutte qui a pu avoir son origine dans les revendications populaires et les luttes ouvrières se soit développée sur un terrain très différent est réelle. Que dans ce domaine les principaux acteurs aient été les clans est évident, et aussi le fait que chaque clan a cherché un soutien différent, à l’Est ou à l’Ouest. Il ne faut jamais oublier que les « révolutions de couleur » ont toujours eu des complices locaux. Après la disparition de l’URSS dans toutes ses anciennes républiques, y compris la Russie, il y a eu une privatisation à grande échelle dans laquelle les anciens dirigeants communistes sont devenus des oligarques. C’est le cas de Nazarbayev, qui est devenu le propriétaire et le seigneur du pays après l’indépendance.

Dans son discours après la révolte, le président Tokaïev a formellement accusé le clan de Nazarbayev d’avoir formé « un club des super-riches, même selon les normes internationales ». Sans mentionner expressément Nazarbayev, tout son « entourage » (mot utilisé, c’est-à-dire tous ceux qui l’entourent mais pas lui) a été marqué. C’est-à-dire qu’il est reconnu – et c’est une victoire pour les travailleurs, bien qu’à la Pyrrhus – que les groupes oligarchiques sont devenus les principaux bénéficiaires de la disparition de l’URSS et de l’économie capitaliste qui a suivi depuis lors. Par conséquent, tous ces clans « doivent rendre hommage au peuple du Kazakhstan ». À cette fin, et avec une rapidité surprenante, le gouvernement kazakh a approuvé un fonds spécial, appelé « Kazajstan jalkyna » (Au peuple du Kazakhstan) pour que les oligarques effectuent « des livraisons volontaires de capitaux pour répondre aux besoins des citoyens », ajoutant que ces montants seront sur une base annuelle. Les premières livraisons d’un montant d’un million d’euros ont déjà été effectuées. Un signe que les oligarques ont vu les oreilles du loup.

Dans le même temps, et bien que Nazarbayev ne soit ni mentionné ni touché, et c’était l’un des principaux slogans des premiers manifestants, que Nazarbayev parte, le gouvernement nettoie maintenant plusieurs appartements et entreprises de la présence de ses gendres, neveux et ainsi de suite. Que ce soit le clan perdant ne fait aucun doute. A tel point qu’il est déjà question de récupérer le nom de la capitale, officiellement appelée Nur-Sultan (en hommage à Nazarbayev), d’après l’ancien d’Astana et que son nom disparaisse de l’aéroport et de l’université principale. Pour le moment, ce ne sont que des propositions.

Ce n’est pas la seule mesure que prend le gouvernement pour plaire aux manifestants : un gel des salaires des hauts fonctionnaires (ministres, sous-ministres, gouverneurs, etc.) est annoncé pour 5 ans, l’annulation définitive de l’augmentation des tarifs du carburant et la présentation avant septembre d’une série de mesures économiques qui « contribuent à réduire les inégalités sociales ». Parallèlement à cela, de petits morceaux sont offerts aux manifestants, tels que l’arrêt de la privatisation de deux centrales électriques qui avaient été offertes à des entreprises aux Émirats arabes unis.

Et qu’est-ce que les Turcs fichent là-dedans ?

L’une des données que le gouvernement publie est que pendant la révolte, des bâtiments et des entreprises appartenant à la Russie et à la Chine, mais pas turcs ou occidentaux, ont été attaqués. Bien sûr, il y a des images de cela et les Turcs eux-mêmes sont alarmés par la visibilité de ce fait, ce qui donne lieu au discours officiel selon lequel il y a eu une présence islamique. Si pendant la révolte la Turquie a reproché la « répression anti-islamique », elle aussi voit maintenant les oreilles du loup. « Les États turcs menacés », dit-on en Turquie. L’une des choses qu’il a faites Nazarbayev a été de s’allier avec la Turquie non seulement pour une question économique, mais aussi pour lancer le Conseil de coopération des États turcophones ou l’Organisation des États turcophones. Dans un premier temps, en 2017, une loi a été adoptée pour changer l’alphabet cyrillique en latin, basé sur l’alphabet turc, dans un processus progressif qui devrait prendre fin d’ici 2025.

La Turquie craint maintenant que ce processus soit inversé ou fait beaucoup plus lentement. Même qu’il reste coincé. Si la Turquie a franchi une étape importante dans la guerre du Haut-Karabakh en soutenant l’Azerbaïdjan, elle a maintenant régressé de manière exponentielle beaucoup plus loin. D’autant plus qu’au sein de l’OTSC se trouve l’Arménie, qui a également envoyé ses soldats au Kazakhstan. Quelque chose de plus qu’une ironie et un avertissement.

Note

(1) Le 20 janvier, le Parlement européen a adopté une résolution sur « la violation des droits de l’homme » au Kazakhstan et a demandé au responsable de la politique étrangère de l’UE de se rendre dans le pays « pour évaluer la situation et contribuer à la libération des manifestants détenus ».

Alberto Cruz est journaliste, politologue et écrivain. Son nouveau livre est « Les sorcières de la nuit.) Le 46e régiment « Taman » d’aviateurs soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale », publié par La Caída avec la collaboration du CEPRID et qui en est déjà à sa troisième édition. Les commandes peuvent être faites à libros.lacaida@gmail.com ou ceprid@nodo50.org Il peut également être trouvé dans les librairies.

albercruz@eresmas.com


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 3466255

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Territoires  Suivre la vie du site Asie   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2p + ALTERNATIVES

Creative Commons License