CEPRID

L’Iran et la Syrie Empire : une nouvelle guerre mondiale pour un Nouvel Ordre Mondial ?

lundi 28 mai 2012 par CEPRID

Global Research.

Pour la première fois depuis des décennies, le club de veto à l’ONU (Etats-Unis, Royaume-Uni et France) a été face dans l’ouest par un duo (la Russie et la Chine).

En face à un ordre mondial en baisse qui ne peut plus le contrôler, c’est ça le désir de l’Ouest afin de réaffirmer sa volonté par une nouvelle guerre mondiale, cette fois serait véritablement mondiale ? Un scénario terrifiant provient de l’escalade incessante des pressions et des menaces contre la Syrie et l’Iran par les impositions de l’OTAN, mais pour la première fois depuis que l’OCDE a gagné la guerre froide ils y sont deux décennies, la partie occidental du trio du droit de veto du club de l’ONU (Etats-Unis, Royaume-Uni et France) a été face dans l’ouest par un duo (la Russie et la Chine).

Les deux derniers superpuissances, les joueurs clés de l’Organisation de la coopération de Shanghai (OCS) à travers le mégacontinent eurasienne ont bloqué le trio en l’envisageant de procéder à une Libye-II, en Syrie et à l’Iran de se noyer dans une série de sanctions qui comprennent la réduction de ses exportations de pétrole en maintenant de toute façon « sur la table » l’option d’une attaque militaire. C’est la première fois les Russes et les Chinois, ensemble, constituaient des obstacles dans la voie de l’apparemment imparable mars des vainqueurs de la guerre froide et des destroyers de l’ancien empire soviétique. Mais le mois de mars de l’Empire entre l’OTAN et l’OCDE est de moins en moins triomphante. Avec le soutien de la plupart des pays pas-occidentaux du Mouvement des pas-alignés et le G77, la Russie et la Chine sont en réaffirmant la primauté du droit international et de la diplomatie de l’Organisation des Nations Unies dans la lutte contre la question de la Syrie et l’Iran, pour affaiblir encore la tendance occidentale à noyer toutes les crises, réelles ou fabriqués, sous un tapis de bombes, des missiles et des bottes [militaire] sur le terrain avec des conséquences désastreuses pas désirées par tous eux.

De l’euphorie au bourbier Toujours en profitant de sa victoire sur l’ancien empire soviétique, l’empire de l’OTAN et l’OCDE a démembrée la Yougoslavie dans les années 1990 et il a étendu l’OTAN jusqu’aux limites de la Russie et de l’Europe, qui n’a pas réagit militairement. Moscou a réagi seulement quand l’OTAN a tenté d’intervenir dans le Caucase à travers la Géorgie et l’Azerbaïdjan. Malgré l’épisode du « loup solitaire » français au Rwanda, l’Empire a également renforcé son hégémonie sur la région des Grands Lacs de l’Afrique à titre de compensation pour la chute de l’apartheid en Afrique du Sud. Ni la Russie ni la Chine se sont déplacée. Et la Chine a assumés froidement les provocations répétées de l’empire tout au long de ses frontières à travers le Tibet, le Xinjiang, la Birmanie, Taiwan, la Corée du Nord. Mais comme il est entré dans le XXIe siècle l’empire a commencé à s’effriter. L’attentat du 11 Septembre, 2001 a fait précipiter la mise en œuvre d’un Nouvel Ordre Mondial dans le cadre du Projet pour le Nouveau Siècle Américain de George W. Bush : « Vous êtes avec nous ou contre nous ». Pour la première fois de son histoire, l’OTAN a invoqué l’article 5 de la Charte pour attaquer et occuper l’Afghanistan sans passer par l’ONU. Deux ans plus tard, encore, sans l’approbation de l’Organisation des Nations Unies, l’Empire a attaqué et occupé l’Irak.

Mais bientôt il se trouva dans un bourbier. En 2012, ces guerres ont coûté 4 milliards de dollars, selon l’Institut Oakland, tandis que les économies de l’OCDE est à la stagnation ou bien à son déclin. Tout au long de l’Occident la crise ne s’arrête pas, l’emploi est en hausse, la dette croît comme un ballon tandis que le poids et l’influence du « repos » (Chine, Inde, Brésil, Iran, Afrique du Sud et des autres) continuent de croître dans le monde entier.

Ce changement dans l’équilibre du pouvoir a forcé les pays depuis le G7 au G20 à gérer l’économie mondiale. Mais le G-7 reste la réforme de la stagnation de l’ONU et de l’expansion du Conseil de sécurité , car il s’est accroché à sa suprématie politique en déclin.Plus décisive, le G-7 a continué à renforcer sa supériorité militaire : 21 des 34 États de l’OCDE sont membres de l’OTAN, qui a repoussé les limites de la « Atlantique Nord » jusqu’à l’océan Indien, l’Asie centrale et en Afrique (Africom ) en ciblant l’Australasie et le Pacifique.

Depuis la productivité réelle de la migration hors de l’Occident, la règle des économies instables de l’OTAN et l’OCDE sont de plus en plus dépendants du « complexe militaro-industriel » contre lequel Dwight Eisenhower nous a prévenus. Selon l’Institut suédois du SIPRI, les pays de l’OTAN ont dépensé plus d’un milliard de dollars l’an dernier aux dépenses militaires.

Avec des alliés comme l’Arabie Saoudite (42.000 millions de dollars, c’est à dire 11% du PIB, donc 8eme), l’Australie (20.000 millions d’euros, 1,9%, 14eme) et Israël (13.000 millions d’euros, en hausse du 6,3%, 18eme) , l’OTAN et ses amis représentent plus des deux tiers des dépenses militaires mondiales. Avec 698 000 de dollars (4,8% du PIB, donc il est à la 1ère place), le compte des États-Unis constituait lui seul le 43% des dépenses de défense globale.

En comparaison, la Chine a dépensé 120 000 dollars (2,1% du PIB,elle est donc à la 2ème place), la Russie 58000 millions (4%, 5eme), l’Inde 41.000 millions de dollars (2,7%, 10eme), le Brésil 30.000 millions (1, 6%, 11eme), l’Iran 7.700 millions (1,8%, 25eme) et la Syrie 2.200 millions (4%, 53eme).

L’Empire et l’axe Israël-Emirats Unis du Petrol-Turquie

Tout ça arrive dans ce contexte de menaces incessantes de l’OTAN et des tambours de la guerre contre la Syrie et l’Iran de l’OCDE. Les deux crises sont intimement liées : à travers la Syrie, son allié arabe clé, et son pont vers les Hezbollah (chiites) du Liban et le Hamas (sunnite) palestinien, il arrive à l’Iran, qui est le but à cibler. L’Iran a été libéré de l’Empire depuis plus de 30 ans.

Les raisons ne manquent pas :

1. L’axe Syrie-Hezbollah-Hamas-Iran met Israël sous contrôle ;

2. Le réveil chiite, arabe et persan, et le républicain sans ambiguïté menace les monarchies sunnites féodales du Golfe , à commencer par l’Arabie saoudite et aussi sa marque puritaine wahhabite de son intégrisme islamique ;

3. Après la destruction du régime laïque et anti-monarchique de Saddam Hussein (et l’Irak avec ce régime), l’Empire, avec le soutien Emirats Arabes Unis du Petrol, Israël et la Turquie, tente désespérément de diriger le jeu, même avec l’exploitation, du printemps arabe ;

4. La Turquie, membre de l’OTAN et de l’OCDE, est considérée comme un rival sunnite républicain à Iran sur la base du nouveau régime islamiste « modéré » et son passé ottoman comme pays dirigeant des Arabes pour presque 700 ans ;

5. La Syrie dispose de son propre régime laïc du Baath, qui a été sous la pression du printemps arabe et de ses alliés et qui s’est ouvert au pluralisme et à la tenue des élections générales ce 7 mai, dernier, mais que l’Empire continue à frapper sans pitié parce que ce qu’il veut, c’est « le changement de régime » ;

6. Pendant ce temps, l’empire a fait tout son possible pour maintenir son statu quo au Yémen et il a basée au Bahreïn la Cinquième Flotte de la CJE. dans le Golfe, pays où une minorité sunnite règles enracinée dans la famille royale contre une majorité chiite ;

7. Le émirat pétrolier du Qatar, un sunnite, se poursuit dans la guerre de propagande de l’Empire à travers Al Jazeera TV, même si ses journalistes clés la quittent et en accusant le réseau des rapports vidéo faux de la Libye et la Syrie. Le Qatar partage le siège du Commandement central américain (CENTCOM) sur l’atoll de Diego Garcia dans l’océan Indien.

Une victoire militaire pour un Nouvel Ordre Mondial ?

La campagne américaine en vue des élections présidentielles en Novembre et le Congrès, fait maintenant face à Mitt Romney contre Barack Obama, est un facteur supplémentaire qui augmente la menace d’une nouvelle guerre mondiale, dans le contexte de l’inexorable déclin de l’Empire de l’OTAN et de l’OCDE.

Romney et ses rivaux républicains ont appelé publiquement à » faire de tout le plus secrètement possible pour isoler et étouffer la déstabilisation de l’Iran et pour tuer ses scientifiques nucléaires comme pour détruire leur installations , et aussi pour renverser le régime. » A défaut de déclarer une guerre à l’Iran, le démocrate Obama fait tout ça, mais pense ensemble à Romney, avec Israël et le camp de la ligne dure de Washington, qui fera fonctionner la guerre juste.

Certains faucons sionistes qui sont évangélistes pontifient à la télévision américaine sur la prophétie biblique et ils ont appelé le soutien des États-Unis afin que le « roi du nord » (Israël) ait l’Armageddon nécessaire contre le « roi du Sud » (l’Iran), bien que, selon ma lecture des points de la carte c’est l’Arabie Saoudite, le « roi du Sud ». Pour eux, cette guerre est absolument essentielle pour la Seconde Venue du Christ. Ces faucons pensent que la guerre victorieuse contre l’Iran et la Syrie ira fournir à l’ouest la capacité d’imposer l’ordre (divinement sanctionnée) du Nouveau Monde adapté aux intérêts de l’empire de l’OTAN et l’OCDE.

L’autre côté à craindre pour un autre barrage coûteux, comme en Afghanistan et en Irak et au Pakistan est une nouvelle baisse de l’Empire. Toutefois, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France sont également confrontés dans la tentation de l’option de guerre, en se souvenant de la façon dont ils ont imposé leurs propres conceptions, après deux guerres mondiales la I et II. Ils ont gagné la guerre froide, mais ils n’ont pas d’autres moyens que d’une « guerre chaude » pour établir ce Diktat qui est universellement méprisé .

Après avoir démontré sa supériorité militaire et obtenu un véritable domaine du pétrole arabe et de l’Empire perse il obligerait des pays comme la Chine, l’Inde, le Japon, l’Indonésie et l’Afrique du Sud, entre autres, à compter sur son bienveillance à un stable et sûr équilibre pour ses besoins énergétiques critiques. L’ONU pourrait être réformé et élargi comme Conseil de sécurité, mais d’une manière qui permet à l’empire de maintenir son pouvoir de décision politique au sein de l’architecture globale du système.

Comme on continue à se déplacer loin d’un monde unipolaire vers un monde multipolaire, les choses évidemment se regardent différemment. L’Empire « ne le comprends pas », et nous explique le reste. Mais l’Occident fait tout son possible pour provoquer une des plus grandes confrontations globales que le reste du monde veut et il est déterminé à éviter.

Geler les Conversations, sanctions et des guerres terroristes tels sont les plans sombres qui existent pour la crise en Iran et la Syrie. L’Iran s’est entretenu avec le P5 +1 (les cinq membres « permanents »,du Conseil de sécurité de l’ONU plus l’Allemagne) à Istanbul pour expliquer et défendre son programme nucléaire une fois de plus. L’Iran n’a pas tardé à réaffirmer ses droits pacifiques nucléaires en vertu du Traité de non-prolifération (TNP) et il a répondu à ses inquisiteurs avec appel pour le désarmement nucléaire mondial. Le trio du P3 a décrit la réunion « positive ». Les discussions reprendront à Bagdad en mai. Mais sur le terrain à l’intérieur de l’Iran, qui a déjà souffert d’une guerre de huit ans menée par Saddam Hussein au nom de l’Empire (1980-1988), les groupes terroristes liés à l’Occident continuent à travailler sans relâche. Ils sont, en général, la MEK (Moujahidine-e-Khalq), le groupe kurde Komoleh (PJAK) et le Jundallah sunnite, basé au Pakistan.

Des scientifiques nucléaires ont été tués. Le voisin l’Azerbaïdjan ont également un œil sur le territoire avec 16 millions d’Azerbaïdjanais vivant en Iran. Les activités et les comptes de l’Iran sont gelés et l’Occident refuse de vendre toutes sortes de marchandises, y compris les parts critiques pour la sécurité de ses lignes aériennes civiles. Une campagne de un boycott existe désormais et aussi dans le monde entier sur leurs exportations de pétrole. L’Iran a coupé l’approvisionnement de pétrole, à certains pays européens, et reste sur la défensive, en provoquant une augmentation des prix et du chômage. Toutefois, l’Inde et la Chine continuent à acheter du pétrole iranien. Ils refusent de céder à ce qu’ils appellent « les règles internes des États-Unis » et ces pays affirment que le pétrole iranien est indispensable pour leur développement.

L’Empire est en poussant l’Inde contre la Chine, en donnant à New Delhi l’accès à la technologie nucléaire, et pour presser sur le Pakistan, il semble qu’elle veut faire valoir plus son amitié avec la Chine plutôt que son ancienne dépendance de l’Occident. L’Inde, face à son propre intérêt, ce pays a signé un accord avec l’Iran pour résoudre le commerce bilatéral dans les matériaux et le Rs. Toutefois, l’Inde ne peut pas résister à l’appel des sirènes de l’Occident, si la règle de l’OTAN et l’OCDE prennent le relais, ou il sera désactivé, l’épouvantail de l’énergie nucléaire contre le Pakistan dans le brouillard de la guerre.

Les préparatifs de guerre de la Syrie dans la région du Caucase L’Inde et l’Iran, avec le Pakistan et l’Afghanistan ont un statut d’observateurs à l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), qui est prête à reconnaître leur adhésion pleine et entière. Et l’OCS est alignée solidement derrière l’Iran, avec l’Amérique latine, où l’oncle Sam est en retraite, et des nombreux pays africains et autres pays asiatiques. La Porte de l’Inde et du Pakistan, avec l’Iran, comme membres à part entière de l’OCS, qui est une coopération des puissances émergentes, de commerce et de sécurité sous la direction conjointe de la Russie et la Chine, est un cauchemar trop grand pour l’OTAN et l’OCDE dans le quel ils voient baisser la puissance de leur empire.

Des mouvements de troupes russes ont été signalés dans le Caucase, sur les frontières de la Géorgie et l’Azerbaïdjan. Les membres de l’opposition en Géorgie disent que les nouveaux hôpitaux construits dans le pays avec l’aide des États-Unis font partie des contingences de la guerre. L’Azerbaïdjan a acheté des armes pour un valeur de 1.600 milliards de dollars par Israël, qui importe un tiers de ses besoins en pétrole par Bakou. Le risque d’une conflagration sont élevés, et ils iront seulement augmenter avec la proximité des élections aux États-Unis, où la plupart des yeux seront tournés sur le « retrait » des États-Unis en Afghanistan.

En Syrie, le gouvernement dit qu’il soutient les efforts de médiation de Kofi Annan en tant qu’envoyé spécial de l’ONU et de la Ligue arabe. Cependant, l’Empire a également déclaré qu’il est l’auteur du financement et de l’armement des forces qui mènent des opérations militaires à l’intérieur des pays voisin à la Syrie, comme le Liban et la Turquie. L’Empire alimente la guerre civile en Syrie et il ne tolérera pas le moindre compromis. L’option d’une frappe militaire contre l’Iran et la Syrie a été frénétiquement promu par Israël, lui-même une puissance nucléaire, même si pas déclarée, qui refuse de signer le TNP et de montrer ses installations nucléaires aux inspections de l’AIEA. La réponse des États-Unis est que l’option militaire contre l’Iran est « toujours sur la table » et qu’elle pend comme une épée de Damoclès au-dessus du Moyen-Orient et le monde.

Avec Al-Jazira et Al Arabiya, les médias occidentaux qu’insistent à diaboliser l’Iran et la Syrie pour arriver à une guerre ouverte dirigée par l’OTAN et ses alliés (contre ces deux pays), « Tout ça nous ressemble à la propagande avant l’attaque de l’Irak « , a déclaré Ron Paul, le mouton noir des candidats républicains.

Ces mêmes médias se taisent alors qu’il y a une tendance croissante au sein de l’Empire d’arriver à des mesures typiques des États policiers comme les attaques sur les droits et libertés ou la militarisation de la police, comme on peut voir dans la répression brutale des OCCUPY Wall Street , à côté de la « légitimité » de l’arrestation, de la torture, de la captivité et même de tuer des citoyens avec une « suspicion de terrorisme. » Tout cela au nom de la « sécurité nationale ».

L’écrivain allemand et prix Nobel Günter Grass a été affectée par la censure généralisée en Occident au cours de son poème qui se permet de critiquer le nucléaire d’Israël « , dans le quel il appelle à la guerre contre l’Iran, pays où l’existence d’une seule bombe atomique n’a pas été encore prouvée, » et qui contribue à la mise en danger de « la paix déjà si fragile dans le monde. » Israël l’a rapidement déclaré persona non grata. Au fur et à mesure que quelqu’un autre puisse refuser de faire mordre le crochet de l’ouest l’Iran, fait que cependant, pourrait éviter la guerre. Mais si une autre guerre vient d’arriver, ceux qui s’y opposent dans la même OTAN ou dans l’OCDE ils connaissent déjà le genre de traitement qu’ils peuvent s’attendre par conséquence.

Traduit par CEPRID par Maria Valdes en espagnol et par GINETTE HESS SKANDRANI en français


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 2169875

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Territoires  Suivre la vie du site Moyen-Orient   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2p + ALTERNATIVES

Creative Commons License