CEPRID

L’alternative au dollar et le rôle des BRICS

mercredi 31 mai 2023 par CEPRID

Claudia Fonseca Sosa

Débat sur Cuba

Alors que les experts débattent de l’instabilité du marché financier et de la monnaie américaine, d’autres alliances économiques et d’autres monnaies sont renforcées.

Le banquier le plus riche d’Asie et PDG de la banque indienne Kotak Mahindra, Uday Kotak, s’en est récemment pris au dollar américain, le qualifiant de « plus grand terroriste financier du monde ».

« Je crois sincèrement que le plus grand terroriste financier au monde est le dollar américain », a-t-il déclaré, affirmant que « tout notre argent est dans des comptes nostro [ceux qu’une banque nationale a dans une banque d’un autre pays en devises étrangères] et quelqu’un aux États-Unis peut dire : « Vous ne pouvez pas le retirer à partir de demain matin ». Donc vous êtes pris au piège.

« C’est le pouvoir de la monnaie de réserve », a averti Kotak, et en ce sens, il a affirmé que « nous sommes à un moment très crucial de l’histoire », dans lequel le monde « cherche désespérément une monnaie de réserve alternative ».

Le banquier indien a déclaré que « ces changements se produisent une fois tous les cent ans » et a rappelé que, auparavant, la livre sterling était la principale monnaie de réserve mondiale, mais qu’elle avait été remplacée par le dollar.

« La question est de savoir quel pays dans le monde peut adopter cette position » maintenant, a déclaré Kotak, considéré comme un spécialiste renommé dans le monde de la finance, qui estime qu’il est peu probable que l’Europe, le Royaume-Uni et le Japon puissent le faire.

Cependant, alors que Kotak et d’autres experts débattent de l’instabilité du marché financier et de la monnaie américaine, d’autres alliances économiques et d’autres devises se renforcent.

Au cours de l’année écoulée, pour ne citer que quelques exemples, le yuan, la monnaie chinoise, a remplacé le dollar américain en tant que monnaie la plus échangée sur les marchés de la Fédération de Russie.

D’autres pays comme l’Argentine remplacent également le dollar par le yuan dans leur commerce bilatéral avec la Chine.

La Banque centrale d’Iran étudie la possibilité de créer, avec la Russie, un stablecoin adossé à l’or qui pourrait être accepté comme moyen de paiement dans les règlements de commerce extérieur au lieu du dollar iranien, du rouble et du rial.

Les Émirats arabes unis (EAU) et l’Inde discutent des moyens de stimuler le commerce non pétrolier en roupies et dirhams.

Même Washington admet déjà que les sanctions économiques contre la Russie et d’autres pays mettent en péril le statut du dollar américain en tant que monnaie mondiale.

« Il y a un risque, lorsque nous imposons des sanctions financières, qu’elles soient liées au rôle du dollar, ce qui, avec le temps, peut saper l’hégémonie du dollar », a déclaré la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, à la mi-avril.

Le responsable a souligné que « pour d’autres pays, il ne sera pas facile de trouver une alternative avec les mêmes propriétés ».

Les défis du modèle de Bretton Woods

En juillet 1944, des représentants de plus de 40 pays se sont réunis dans un hôtel de Bretton Woods, dans le New Hampshire, aux États-Unis, pour concevoir un nouveau modèle de relations commerciales et financières entre ceux qui ont été érigés en puissances après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les accords issus de cette réunion ont eu une forte influence de la part des États-Unis, première puissance mondiale déjà établie.​C’est dans ces conditions que l’utilisation du dollar a été définie globalement, à condition que sa valeur soit adossée à l’or. En 1971, sous la présidence de Richard Nixon, cette relation a été rompue. Par conséquent, le dollar n’est plus basé sur l’or, mais exclusivement sur la confiance accordée par la société, consolidant à partir de là son plein caractère de monnaie fiduciaire.

Près de 80 ans se sont écoulés, mais les institutions nées lors de cette réunion de 1944 – le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale – ont continué à reproduire les mêmes schémas de domination, au profit exclusif du grand capital, entre les mains des puissances occidentales.

Il n’est pas rare que les prêts accordés par le FMI ou la Banque mondiale aient impliqué des « conditions léonines » pour les pays en développement et les pays critiques, avec des dépenses publiques réduites, des pouvoirs étatiques réduits et du chômage.

Cependant, chaque jour, des voix se font de plus en plus fortes pour réclamer la construction d’un système financier plus juste, avec une monnaie alternative au dollar.

Ainsi, en 2014, l’accord de réserve pour imprévus et la Banque de développement des BRICS ont été lancés, mécanismes par lesquels les économies émergentes telles que le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud ont décidé de commencer à changer l’ordre existant et de revendiquer leur rôle de plus en plus important dans l’économie internationale.

Mais la « rupture » du statu quo établi par les soi-disant « jumeaux de Bretton Woods » n’aurait pas seulement des implications pour ce groupe de cinq pays.

Comme l’a déclaré la présidente brésilienne de l’époque, Dilma Rousseff, hôte du VIe Sommet des BRICS, en 2014, la Banque de développement des BRICS naissante représenterait « une alternative aux besoins de financement des pays en développement » et « compenserait les déficits de crédit » qui existent dans les institutions financières multinationales.

En 2023, Dilma Rousseff a assumé la présidence de la Banque de développement des BRICS, qui, après plusieurs années de fonctionnement, est consolidée en tant que fonds destiné à accorder des prêts, des financements et une assistance technique pour des projets des membres du bloc économique et d’autres pays en développement.

Dilma terminera le mandat de cinq ans de son prédécesseur Marcos Troyjo, nommé par l’ancien président Jair Bolsonaro en 2020, et restera en fonction jusqu’au 6 juillet 2025.

Dans son discours d’ouverture, la nouvelle présidente de la Banque des BRICS a souligné l’importance du bloc composé du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud pour le développement mondial. « C’est le reflet du rôle de ses membres en tant que leaders mondiaux et de leur capacité à s’unir pour relever les défis les plus importants et les plus urgents d’aujourd’hui. Ensemble, les membres des BRICS sont plus forts et plus capables », a-t-elle déclaré.

Sur son activité à la tête de la banque BRICS, elle a annoncé : « Nous allons lever des fonds sur un large éventail de marchés mondiaux, dans différentes devises. » « Nous essaierons également de financer des projets en monnaies locales, en favorisant les marchés intérieurs et en réduisant l’exposition aux variations des taux de change », a-t-elle déclaré.

Le président brésilien Luiz Inácio Lula Da Silva, qui a assisté à la cérémonie d’investiture de Rousseff à Shanghai, a souligné les raisons de la création de la nouvelle institution financière et son rôle dans le contexte mondial actuel.

« La Banque de développement apparaît comme un outil de réduction des inégalités entre les pays riches et émergents, ce qui se traduit par l’exclusion sociale, la faim, l’extrême pauvreté et la migration forcée », a-t-il déclaré.

« Le changement climatique, la pandémie de COVID-19 et les conflits armés ont un impact négatif sur les populations les plus vulnérables », a-t-il ajouté.

« De nombreux pays en développement accumulent des dettes impayables (…) Aucun dirigeant ne peut travailler avec un couteau sous la gorge parce qu’il a une dette, les banques doivent être patientes et s’il était possible de renouveler les accords, mettre le mot tolérance à chaque renouvellement », a déclaré le chef de l’Etat brésilien.

Il a souligné qu’« il ne peut pas être que les banques étouffent l’économie des pays comme le Fonds monétaire international le fait maintenant avec l’Argentine, et comme elles l’ont fait avec le Brésil pendant si longtemps et avec tous les pays du tiers monde ».

« Je rêve que les BRICS puissent créer un outil de développement qui soit fort et prête de l’argent dans la perspective d’aider les pays et non d’étouffer les pays », a-t-il ajouté.

« Pourquoi une institution comme la banque des BRICS ne peut-elle pas avoir une monnaie pour financer les relations commerciales entre le Brésil et la Chine, entre le Brésil et tous les autres pays des BRICS ? »

Les BRICS, pilier d’un ordre mondial plus juste

Les experts rappellent que depuis 2009, date à laquelle s’est tenu le premier sommet du groupe BRIC, alors composé du Brésil, de la Russie, de l’Inde et de la Chine, le monde a entamé la transition vers une forme d’intégration qui vise un véritable équilibre politique mondial.

Maintenant, en tant que BRICS, après l’incorporation de l’Afrique du Sud en 2010, ce groupe a généré de telles perspectives réelles que d’autres pays dotés d’une capacité de production et d’économies diversifiées ont déjà exprimé leur intérêt à le rejoindre, notamment l’Arabie saoudite, l’Algérie, l’Argentine, les Émirats arabes unis et le Mexique.

Les experts notent que l’influence économique des BRICS pourrait augmenter à court terme en raison du nombre croissant de pays exprimant leur intérêt à rejoindre le groupe.

Aujourd’hui, le groupe BRICS est l’un des piliers d’un ordre mondial plus juste et le gardien d’un véritable multilatéralisme, avec une importance croissante face au déclin de tout le système des relations économiques mondiales, avec les États-Unis et leurs politiques néocoloniales en tête.

Collectivement, les pays BRICS ont déjà dépassé le Groupe des Sept (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni et Union européenne), représentant une part plus importante du produit intérieur brut mondial.

Selon les données fournies, les BRICS contribuent désormais à 31,5% du PIB mondial, tandis que le G7 représente 30,7%.

Selon les prévisions, d’ici 2028, la part des BRICS passera à 33,6%, contre 31,6% en 2022, tandis que la part du G7 diminuera à 27,8% contre 30,4% l’année dernière.

À la fin de 2020, les chiffres étaient similaires, les deux groupes de pays contribuant chacun à hauteur de 31% à la croissance économique mondiale.

En outre, le FMI prévoit qu’entre 2023 et 2028, la contribution de la Chine à la croissance économique mondiale sera deux fois supérieure à celle des États-Unis.

L’indice de l’Inde dépassera également celui du pays nord-américain, constituant 12,9% contre 11,3% l’année dernière.

Les experts avertissent que les BRICS représentent maintenant près de la moitié de la population mondiale, un quart du PIB mondial. Le rejet du dollar par au moins certains de ces pays pourrait frapper le plus durement les États-Unis, qui achètent des biens dans le monde entier exclusivement avec leur monnaie.

Le principal attrait de la proposition faite par les BRICS est le manque de dépendance vis-à-vis des États-Unis et de l’Union européenne. L’utilisation de l’économie comme instrument de pression politique a miné la réputation de ces deux acteurs en tant que partenaires fiables dans le commerce international.

Pendant ce temps, on pense qu’une monnaie des pays BRICS pourrait devenir le rival le plus probable du dollar dans les années à venir.

L’introduction d’une monnaie collective BRICS dépend dans une large mesure de la volonté politique et de l’accord des pays membres du bloc d’utiliser un tel mécanisme dans le cadre de la mise en œuvre de la politique monétaire.

En tant qu’instrument de réserve ou de paiement dans l’activité économique et commerciale extérieure, il est bénéfique pour les pays BRICS eux-mêmes, car il augmenterait la stabilité de leurs systèmes financiers et renforcerait leur souveraineté.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 4183736

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Territoires  Suivre la vie du site De nouvelles organisations internationales : BRICS, (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2p + ALTERNATIVES

Creative Commons License