CEPRID

L’ère du monde unipolaire hégémonisé par l’Occident est révolue

jeudi 2 novembre 2023 par CEPRID

Voici une analyse toujours pertinente venue d’Espagne et qui correspond terme à terme à celle que nous faisons ici sur les BRICS, leur élargissement et l’impulsion donnée par la Chine et qui est non seulement économique avec la dédollarisation, le rôle de l’énergie mais également la transformation des institutions internationales, l’ONU mais aussi des institutions régionales comme le Mercosur. Il ne s’agit plus d’un projet mais d’une mise en œuvre qui a pris désormais un tournant irréversible et face auquel le monde politique français prend un retard considérable qui porte un déclin français qui n’est pourtant inscrit dans aucune fatalité au contraire. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société)

Alberto Cruz

Le CEPRID

L’élargissement des BRICS est terminé. Six nouveaux membres : l’Arabie saoudite, l’Argentine, l’Égypte, les Émirats arabes unis, l’Éthiopie et l’Iran les rejoindront à compter du 1er janvier de l’année prochaine. Concrètement, près de la moitié (46%) de la population mondiale. Et d’après ce qui a été dit, ce n’est que la première phase de l’élargissement, donc il y en aura d’autres.

Sans le moindre doute, la grande surprise est l’Éthiopie. Mais si l’on tient compte du fait que l’Éthiopie est la référence du panafricanisme, le pays où se trouve le siège de l’Union africaine, cela prend tout son sens dans l’impulsion sino-russe de renforcer la présence de l’Afrique au sein de toutes les structures internationales, parallèles à celles hégémonisées par l’Occident, qui sont en train de se forger. Et il y a un autre élément remarquable : la position géographique de l’Éthiopie dans l’océan Indien. Les BRICS viennent d’établir un important point de contrôle et d’influence dans cette zone géographique. Il est surprenant de penser au « pari politique » que l’Occident avait fait pour le président éthiopien, qui avait reçu le prix Nobel de la paix pour avoir résolu le conflit entre l’Éthiopie et l’Érythrée, mais qui est ensuite tombé en disgrâce dans les pays occidentaux.

L’autre surprise est la non-incorporation de l’Indonésie dans cette première étape.

Sans le moindre doute, il faut parler d’un succès retentissant de la diplomatie chinoise car elle peut se vanter du succès remarquable d’avoir initié le processus de « normalisation » des relations entre l’Iran et l’Arabie saoudite, condition politique sine qua non de cet élargissement. Jusque-là, il était difficilement concevable que l’Iran et l’Arabie saoudite puissent partager une quelconque coopération.

Pour ceux qui sont curieux, une autre chose qui a été dite est que les BRICS continueront à s’appeler BRICS malgré les nouveaux ajouts. Le message de ce qui se passe est clair : l’ère du monde unipolaire hégémonisé par l’Occident est révolue. C’est le tournant ultime.

C’est un coup dur pour l’Occident et, surtout, il faut attirer l’attention sur le fait que quatre pays producteurs de pétrole font partie de cette organisation (80% de la production mondiale, 45% du total des réserves mondiales). C’est-à-dire que, bien que la question de la dé-dollarisation devra attendre un certain temps, les BRICS ouvrent clairement la possibilité de dé-dollariser l’économie mondiale dans un aspect clé comme le pétrole parce que dans ce sommet ce qui a été discuté, et beaucoup, c’est la promotion du commerce en monnaies locales. Si l’Inde et la Chine, par exemple, achètent déjà du pétrole russe en devises locales – en particulier en yuans – il est facile d’imaginer que le commerce des nouveaux BRICS ira dans cette direction.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères a non seulement accueilli avec euphorie l’entrée de son pays dans les BRICS « qui promeuvent des principes communs, et surtout, la ferme croyance dans le principe du respect de la souveraineté, de l’indépendance et de la non-ingérence dans les affaires intérieures », mais a déclaré que l’Arabie saoudite serait « un fournisseur d’énergie sûr et fiable ». Il parlait pour tout le monde, bien sûr, mais surtout pour ses nouveaux partenaires.

En fait, il y a trois pays qui ont des problèmes de toutes sortes, en particulier économiques et énergétiques : l’Argentine, l’Égypte et l’Éthiopie. Son adhésion aux BRICS allégera ce fardeau. La question argentine acquiert une importance remarquable parce que le proto-fasciste Milei a promis de dollariser l’économie, mais pour cela, il doit balayer et ne l’a pas encore fait. Très probablement, il devra accepter de former un gouvernement de coalition et cela freinera ses envies. Nous sommes face à un autre Bolsonaro, qui n’a pas osé rompre avec les BRICS bien qu’il les ait ralentis autant qu’il le pouvait. Milei fera de même, à moins qu’il n’obtienne la majorité absolue. Pour le moment, spéculons et attendons les élections d’octobre pour comprendre s’il y aura ou non une continuité de l’Argentine dans les BRICS et dans quelle mesure. Nous ne devons pas non plus oublier que l’Argentine est le pari personnel de Lula pour que le Mercosur continue d’avoir une certaine substance et ne soit pas dominé par des gouvernements fantoches américains.

Vers la monnaie commune

Nous sommes dans la phase initiale de la monnaie commune, dans l’utilisation commerciale à grande échelle de leurs monnaies respectives puisque le commerce intra-BRICS représente actuellement 32,5% de toutes les transactions effectuées entre ses membres. Le reste est toujours le commerce en dollars et en euros, mais cela changera bientôt avec le pas qui vient d’être franchi avec l’entrée de nouveaux membres tels que l’Iran, surtout un autre des pays attaqués par des sanctions par l’Occident. Le processus vraiment sérieux pour la monnaie commune commencera lorsque 50% du commerce intra-BRICS sera atteint dans sa propre monnaie. Tout au long de ce processus, nous ne devons pas perdre de vue le fait que s’il y a un pays qui promeut la dédollarisation, c’est bien la Russie. Et la Russie présidera les BRICS cette année 2024, alors il ne devrait y avoir aucun doute que la dé-dollarisation des BRICS va s’accélérer.

La monnaie elle-même signifie que les onze pays déjà BRICS échangeront des données et des transactions financières sans avoir à passer par le système occidental SWIFT, par conséquent, le danger qu’ils soient attaqués par des sanctions est considérablement réduit. Ce sont toutes des étapes importantes dans la reconfiguration du monde dans lequel nous vivons.

C’est pourquoi Dilma Rouseff, la présidente de la Nouvelle Banque de Développement des BRICS a annoncé que 30% des prêts seront consentis en monnaies locales. C’est presque le même pourcentage qui existe déjà dans le commerce intra-BRICS. Des prêts ont déjà été consentis en rand (monnaie sud-africaine), le real brésilien étant attendu en septembre et la roupie indienne en octobre. Au total, l’équivalent d’environ 8 000 millions d’euros. Par conséquent, un peu moins de monnaie occidentale en circulation. Et, à l’instar de l’expansion des BRICS, la NDB annonce que 15 pays ont demandé à y adhérer et a déclaré que les ajouts seront faits en tenant compte de la représentation géographique.

Je suppose qu’il n’y a pas de secret pour dire qu’un tiers des pays du monde sont attaqués par l’Occident par le biais de sanctions, illégales, selon le droit international, et parmi elles se trouve la menace constante de déconnexion du système financier international. L’engagement des BRICS élargis à « renforcer le commerce en monnaies nationales » jusqu’à atteindre cet objectif de 50% du commerce intra-BRICS est décisif.

C’est toute la logique des institutions de Bretton Woods (BM, FMI) qui est remise en cause derrière l’alternative. C’est pourquoi l’Occident tremble et attaque. Systématiquement.

L’un des sujets abordés a été la réduction des droits d’importation non seulement des BRICS, mais aussi des partenaires régionaux. C’est extrêmement important parce que, clairement, nous parlons de l’Afrique, qui a afflué à ce sommet. La prise en compte du fait que chacun des membres des BRICS fait partie ou dirige une association régionale (Brésil, Mercosur, Russie, Union économique eurasienne, Inde, Association sud-asiatique de coopération régionale, Chine, Organisation de coopération de Shanghai et Afrique du Sud Communauté de développement de l’Afrique australe) montre qu’il existe un potentiel commercial décisif pour l’avenir. L’arrogance de l’Occident joue contre lui, et de plus en plus de pays parient sur un modèle différent de relations politiques et économiques. En fait, il est déjà question d’une plate-forme commune qui coordonnerait les initiatives entre tous ces blocs régionaux.

Il y a un fait supplémentaire : ce sont les « économies émergentes » qui stimulent la croissance mondiale, pas l’Occident. Le FMI doit le reconnaître, à contrecœur, dans le rapport du deuxième trimestre de cette année lorsqu’il affirme que ce sont les pays d’Asie et du Pacifique qui maintiennent cette croissance avec 67,4% du total (la Chine étant clairement en tête avec 34,9%, suivie de l’Inde avec 15,4%) et que « l’hémisphère occidental » ne l’a fait qu’avec 13,7%. D’autres régions du monde, telles que le Moyen-Orient (7,8%) et l’Afrique (4%) clôturent le tableau.

La déclaration finale de ce sommet historique des BRICS exprime, pour la première fois, « l’engagement à réformer l’ONU », et à tous les niveaux. Il s’agit, entre autres, d’augmenter le nombre de représentants permanents au Conseil de sécurité. Inutile de dire que les BRICS ont maintenant leurs propres candidats : l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud et peut-être l’Arabie saoudite.

Et cela avec une déclaration d’intention définitive : pas d’« ordre fondé sur des règles » comme le préconise l’Occident, droit international pur et dur : les BRICS élargis revendiquent « le rôle central des Nations Unies dans un système international dans lequel des États souverains coopèrent pour maintenir la paix et la sécurité et parvenir à un développement durable » tout en réaffirmant leur décision de mettre fin au monde unipolaire hégémonisé par l’Occident en affirmant que « Nous réaffirmons notre attachement au multilatéralisme inclusif, y compris les buts et principes de la Charte des Nations Unies en tant que base indispensable.

Il n’y a pas de retour en arrière, rien ne sera pareil. À partir du 1er janvier 2024, il y aura un nouveau centre de gravité puissant dans le monde. Et il ne sera pas occidental.

Alberto Cruz est journaliste, politologue et écrivain. Son nouveau livre s’intitule « Les sorcières de la nuit ». Le 46e régiment « Taman » des aviateurs soviétiques dans la Seconde Guerre mondiale », édité par La Caída avec la collaboration du CEPRID et qui en est à sa troisième édition. Les commandes peuvent être passées libros.lacaida@gmail.com ou ceprid@nodo50.org Il peut également être trouvé dans les librairies.

albercruz@eresmas.com


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 4291762

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Territoires  Suivre la vie du site Internationale   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2p + ALTERNATIVES

Creative Commons License