CEPRID

L’Afrique cesse d’être le continent-colonie de l’Occident

jeudi 10 août 2023 par CEPRID

Aujourd’hui nous avons choisi de montrer comment derrière l’événement (presque un fait divers) tel que la mutinerie de Wagner, les Etats-Unis et leurs alliés vassaux ont du mal à conserver la cohérence de leur propagande. En particulier celle de l’isolement de la Russie, alors que le fait marquant dans lequel l’intervention russe face à l’expansion de l’OTAN doublée de sanctions et d’appropriation indue des avoirs russes, avait déclenché une résistance économique et politique des zones soumises au néocolonialisme. L’Afrique est parmi les cas les plus clairs et Alberto Cruz nous décrit le mécanisme d’autonomie dans lequel les pays africains sont entrés, ce qui n’a pas grand chose à voir avec nos histoires sur Wagner et sur la “colonisation chinoise”, ou Macron ami et preux défenseur de nos amis africains à la mode de la Françafrique des réseaux focart à papamadit du fils Mitterrand, sous les bénéfices du monopoles du franc CFA. Il analyse minutieusement le rôle de la délégation des pays africains venus à Kiev et à Moscou plaider pour la paix, les coulisses de cette affaire et son déroulement alors que par une étrange opportunité intervenait la mutinerie de Wagner (et aussi la rencontre au sommet Inde et USA) le tout à quelques jours du prochain sommet de l’OTAN où il fallait venir avec quelques succès (nuls sur le terrain) à défaut une fissure du front du sud et des BRICS. En lisant cet article très documenté, j’ai pensé à Fidel Castro qui reconnaissait qu’il y avait plus de courage en Afrique et dans des petites îles de la Caraïbe que partout ailleurs. Et ce dans leur résistance aux pressions des USA en matière de dénonciation du blocus, des gens qui n’ont pas comme nous renoncé à penser la réalité. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

Alberto Cruz

Le CEPRID

La rébellion du patron de Wagner contre le Kremlin a très bien dissimulé une question cruciale : l’Afrique se réveille, à nouveau, dans une nouvelle révolte anticoloniale. Non seulement avec l’envoi d’une délégation de pays en Ukraine et en Russie dans un effort de médiation dans la crise, mais dans le renforcement d’un instrument inconnu et qui retrouve maintenant un rôle inhabituel : la Banque africaine d’import-export (Afreximbank).

La mission de paix africaine (16-17 juin) n’a pas commencé du bon pied sur le continent puisqu’elle est partie avec des absences notoires de dernière minute comme les présidents de l’Égypte, de l’Ouganda et du Congo, qui ont été remplacés par les ministres des Affaires étrangères de ces pays, mais les présidents de l’Afrique du Sud, des Comores, du Sénégal et de la Zambie sont restés. Si l’on doit prendre comme référence le fameux vote à l’Assemblée générale de l’ONU de mars 2022, dont le collectif occidental aime tant parler, l’Afrique du Sud et le Sénégal se sont abstenus, l’Egypte et la Zambie ont voté contre la Russie et l’Ouganda et le Congo n’y ont pas participé. De ce fait, en soi, c’était une délégation complète, avec tous les points de vue.

Les raisons de cette scission de dernière minute doivent être expliquées par la façon dont certains des pays qui ont dégradé la note l’ont considérée comme une tentative de l’Afrique du Sud de présenter la médiation comme une question à la fois interne et externe.

Je m’explique : l’Afrique du Sud est sous pression occidentale depuis que les bouffons de la Cour pénale internationale ont émis le mandat d’arrêt contre Poutine pour « crimes de guerre ». Depuis lors, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont menacé à plusieurs reprises le pays de sanctions s’il ne s’éloignait pas de la Russie, d’autant plus que l’Afrique du Sud a résisté aux premières pressions sur la CPI en accordant l’immunité diplomatique aux participants au sommet des BRICS en août prochain. Il a même été expressément dit que l’Afrique du Sud « met en péril » un commerce de 32 000 millions de dollars avec les États-Unis s’il continue ainsi. Selon les mots du président sud-africain, « l’Afrique du Sud est soumise à une pression occidentale extraordinaire », et avec cette initiative, personnelle, il entendait être équidistant, ni avec l’un ni avec l’autre. C’est-à-dire qu’il s’agissait clairement d’une tentative de soulager la pression, bien que la mafia occidentale ne cesse pas de faire chanter ou de menacer.

Jusqu’à présent, presque tout est normal. Mais…

La délégation est arrivée à Varsovie pour se rendre à Kiev (le 16). Et les problèmes ont commencé. Pour certains, « un incident désagréable », pour d’autres un « acte de racisme » : les escortes des délégations n’ont pas été autorisées à descendre de l’avion. « Non-respect des procédures d’entrée standard », selon la Pologne, car « il y avait des matières dangereuses dans l’avion » en plus de « personnes dont la partie polonaise n’avait pas été informée à l’avance ». Mensonge, selon l’Afrique du Sud. « Pendant deux semaines, nous avons parlé à la Pologne de ce voyage, et toutes les procédures nécessaires pour l’entrée de la délégation en Pologne et les permis de transport requis ont été remplis. » L’essentiel : « Ils mettent en danger la vie de notre président. »

Les gardes du corps sont restés, la délégation est partie, mais épuisée, en train pour Kiev. Presque tous le font parce que « l’expertise » de la « défense aérienne » néo-nazie est légendaire, donc aller avec un avion, et aussi pas très amical, a ses inconvénients. En fait, les gardes du corps – et les journalistes africains – n’ont pas non plus pu se rendre en Russie parce que la Pologne n’a pas donné la permission de partir. Mais c’est une autre histoire.

Et quand cette délégation épuisée est arrivée à Kiev, le temps de la comédie a commencé : les soit-disant attaques de missiles russes (qui, bien sûr, ont été abattus), les sirènes d’alarme aérienne, etc. Comme d’habitude, le scénario a été repris comme un perroquet par les médias de propagande occidentaux.

Seulement que quelqu’un, qui était censé être le protagoniste en faisant partie de la délégation africaine, n’a pas aimé son rôle dans la comédie et a dit que ce n’était pas vrai, qu’il n’y avait pas de sirènes ou d’explosions. Il l’a dit par deux fois et le scandale dans les pays qui composaient la délégation de paix a été énorme. Cet homme, porte-parole de la présidence sud-africaine, n’a pas coupé un cheveu en quatre et a déclaré que « l’Ukraine a répandu une désinformation délibérée ». C’était un voyage diplomatique et le langage devait aussi être diplomatique parce qu’il aurait dû dire, purement et simplement, la vérité : tout cela était une farce, qui a été reprise, comme toujours, par les médias de propagande occidentaux. C’est la chose la plus habituelle. Mais il n’a pas pu s’empêcher de faire un brin d’humour quand il a dit ce qui suit : « Nous savions que cette mission ne serait pas facile, mais certains des obstacles qui nous ont été imposés suscitent de grandes inquiétudes, comme la façon dont nous avons été traités, et d’autres étaient grotesques, comme cette prétendue explosion » (1).

Bien sûr, rien de tout cela n’a filtré en dehors du continent africain, mais qui s’en soucie ? Le néocolonialisme ne sommeille pas, ne change pas, et continue de traiter les Africains comme ses esclaves. Et, en plus, des imbéciles. Bien sûr, il faut être complètement débile pour croire que la Russie attaquerait la ville où une délégation de paix se rend en Russie le lendemain. Mais c’est tout cela qui consume l’Occident où la pensée est très, très rare.

D’autant plus que les Africains ont fait quelque chose qui ne traverse même pas l’esprit des Occidentaux. Chaque voyage d’un officiel en Ukraine comprend une visite guidée avec Boutcha comme lieu vedette pour « vérifier les atrocités russes ». Mais les choses ne se sont pas bien passées parce que le président sud-africain a appelé à « une enquête internationale sur les atrocités présumées ». Dire cela là-bas, et dans l’Occident collectif, est courageux. Parce qu’il a ajouté qu’« il ne suffit pas d’écouter la partie ukrainienne, nous devons aussi écouter la partie russe ».

Le plan de paix africain

Il n’est donc pas surprenant que la réaction officielle du gouvernement ukrainien ait été de rabaisser la délégation et son plan de paix qui, en résumé, est le suivant : Parvenir à la paix par la diplomatie et les négociations ; les négociations de paix devraient commencer dès que possible ; désescalade du conflit des deux côtés ; assurer la souveraineté des États et des peuples conformément à la Charte des Nations unies ; garanties de sécurité pour tous les pays ; assurer la circulation des céréales et des engrais par les deux pays ; soutien humanitaire aux victimes de la guerre ; résoudre la question de l’échange des prisonniers de guerre et de la restitution des enfants ; reconstruction d’après-guerre et assistance aux victimes de la guerre ; interaction plus étroite avec les pays africains.

En d’autres termes, il s’agit de propositions très proches du plan de paix chinois et donc partiellement acceptables pour la Russie, mais totalement inacceptables pour la mafia occidentale. Ce qui est important, c’est que le Sud global bouge et rompt clairement avec le néocolonialisme occidental.

Le séjour en Russie (le 17), contrairement à la façon dont la délégation africaine a été traitée en Pologne et en Ukraine, a été marqué par un respect absolu et un traitement individuel. Poutine a fait quelque chose d’inhabituel : il a montré à la délégation africaine le document que la Russie et l’Ukraine avaient signé en mars 2022 à Istanbul sous le patronage de la Turquie et qui n’avait pas été mis en œuvre en raison des pressions exercées par les Britanniques et les Américains sur les néo-nazis. “Voici ce document. Il a été paraphé par la délégation de Kiev. Mais après que nous ayons, comme promis, retiré les troupes de Kiev, les autorités de Kiev, comme le font habituellement leurs maîtres, ont jeté tout cela à la poubelle de l’histoire. Disons-le clairement et intelligemment”, a commenté M. Poutine (2).

En outre, le document indique que la Grande-Bretagne, la Chine, les États-Unis, la Turquie, la France et le Belarus étaient les garants de la sécurité de l’Ukraine dans le traité d’Istanbul. Il s’agissait du traité de neutralité permanente et de garanties de sécurité de l’Ukraine, dans lequel l’Ukraine conservait Kherson et Zaporizie, seules les républiques de Donetsk et de Lougansk étant découpées.

Il est évident que les gens diront les choses habituelles, que Poutine ment, que… Cependant, dès que les néonazis ont renié cet accord, les “wunderwaffen” ont commencé à arriver en avril, les armes merveilleuses dont Hitler rêvait pour gagner la guerre, tout comme ses héritiers (l’OTAN et les États-Unis) le font aujourd’hui. Ce n’est pas une coïncidence et cela indique que, dès le début, l’Occident a parié sur la guerre, avec les résultats que nous connaissons aujourd’hui.

Après cela, les dirigeants africains savent déjà à quoi s’attendre et pourquoi nous sommes arrivés à une situation qui n’a pas de retour en arrière et qui ne prendra fin qu’avec la débâcle occidentale. Inutile de dire que cet accord raté doit être considéré comme une nouvelle tromperie de la Russie, tout comme la non-expansion de l’OTAN ou les accords de Minsk, il est donc clair qu’il n’y aura plus rien d’autre qu’une négociation aux conditions de la Russie, qui équivaudra à la capitulation nazie de 1945 s’il reste quelque chose du pays 404, anciennement connue sous le nom d’Ukraine. et cette conclusion inclut l’Occident collectif.

Nous devons ici faire une brève analyse de la raison de cette délégation de médiation. En premier lieu, parce que l’Afrique a intérêt à poursuivre l’accord céréalier entre le pays 404 et la Russie, mais il y a un problème : les céréales arrivent au compte-gouttes (parce que l’Occident les garde, l’Ukraine les vend à qui paye mieux, NDT), mais pas d’engrais (parce qu’ils ne sortent pas à cause des sanctions, et même l’ONU a dû le reconnaître). 31,7 millions de tonnes de produits agricoles ont déjà été exportées des ports ukrainiens, mais seulement 3% de cette quantité a atteint les pays du Sud. C’est pourquoi la Russie a déclaré qu’il était très probable que l’accord ne soit pas renouvelé en juillet. Et c’est pourquoi l’Afrique est confrontée à un sérieux défi pour son développement, bien que la Russie ait également déclaré qu’elle était prête à expédier ses céréales en dehors de l’accord actuel. Et cela contribuera sans aucun doute au processus de décolonisation et de dédollarisation que l’Afrique est en train de commencer.

Deuxièmement, la médiation est une position très progressiste face à la posture belliciste occidentale et bouleverse les idées établies selon lesquelles l’Afrique (ou d’autres pays en dehors de la mafia occidentale) ne peut pas apporter de solutions aux problèmes mondiaux. Cela, à un moment où l’on parle d’un élargissement et/ou d’une réforme du Conseil de sécurité de l’ONU, revêt une importance particulière.

En bref, l’Afrique cesse d’être la colonie-continent de l’Occident.

Promotion de la dédollarisation

Car en parallèle, il y a un autre mouvement très intéressant sur le continent africain : la dé-dollarisation. Bien sûr, c’est encore à très petite échelle, mais cela signifie que le continent sort du nœud coulant occidental. La chose était dramatiquement visible, pour l’Occident, dans la visite d’État du président du Kenya à Djibouti lorsque le premier a dit quelque chose de très important à savoir que les marchands de Djibouti et du Kenya doivent acquérir des dollars américains lorsqu’ils effectuent des opérations commerciales entre les deux pays et pourquoi cela doit-il se produire alors qu’il n’y a pas besoin de cela, lorsque cela peut être fait dans les devises respectives des deux pays.

Les applaudissements n’ont pas seulement été entendus à Djibouti, mais dans beaucoup d’autres endroits parce que c’est déjà une révolte néocoloniale qui balaie le continent. C’est même quelque chose de plus : c’est un pas ferme pour cimenter le nouveau monde qui émerge, qui est presque à l’adolescence et qui, comme tous les adolescents, commence à prendre conscience de l’importance de l’argent.

Il est vrai que les applaudissements ne sont rien de plus que cela, des applaudissements. Mais quelqu’un doit faire le premier pas et le Kenya l’a fait. Son président, William Samoei Ruto, ne s’est pas contenté de parler de Djibouti, mais a demandé au reste des pays africains de cesser d’utiliser le dollar américain pour le commerce intracontinental.

Mais ce n’est pas seulement un discours, c’est une proposition d’action et le Kenya montre l’exemple : il vient d’abandonner le dollar américain dans ses échanges avec les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite.

Après l’Afrique du Sud, qui commerce déjà avec les pays BRICS dans sa monnaie, c’est le deuxième pays africain à franchir cette étape et reflète l’engagement des pays du continent à promouvoir une plus grande intégration économique au sein de l’Afrique et à réduire la dépendance aux devises extérieures, en référence aux monnaies occidentales, et ici il faut inclure la France et son « franc africain » pour le commerce régional.

Mais plus important encore, le Kenya plaide activement pour que la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) prenne en charge l’ensemble de ce processus. Logiquement, et étant donné que dans l’Occident néocolonial ce que font les néo-colonies n’a pas d’importance, on ignore non seulement l’existence de cette banque, mais ce qu’elle fait. Elle a été créée en 1993 et depuis lors, a été étendue et élargie dans 51 des 54 États africains. Elle a trois sièges : l’Égypte, le Nigeria et le Zimbabwe. C’est-à-dire qu’elle montre graphiquement sa répartition sur tout le continent. Outre la participation des pays africains, il convient de noter qu’il y a trois collaborations externes : la Grande-Bretagne, la Russie et la Chine. Cela peut vous donner un indice sur ce qui se passe et comment l’Afrique ne suit pas ou n’accepte pas les impositions, le chantage et les menaces de la mafia occidentale.

Le président du Kenya n’a pas parlé pour le plaisir de parler. Il l’a fait juste au moment où la banque devait tenir son assemblée annuelle (du 18 au 21 juin, au Ghana). Inutile de dire que « la promotion du commerce en monnaies locales » et « la création d’une monnaie unique africaine » figuraient à l’ordre du jour. Ce mouvement n’aurait pas eu lieu sans ce qui se passe depuis un an et demi, avec le vol occidental des réserves monétaires russes (et avant l’Iran et le Venezuela).

Et il l’a fait aussi, lors du contre-sommet occidental, un mouvement presque angoissant pour tenter de contenir le tsunami qui est généré. La Conférence de Paris (22-23 juin) pour « construire un nouveau consensus pour un système financier » a rencontré un président kenyan à nouveau combatif qui a rendu très nerveux le président de la Banque mondiale, le président du FMI et Macron lui-même, qui l’a organisée. Et il a dit ce qu’il avait déjà dit, mais en l’élargissant : « Le Kenya ne veut pas continuer avec le système actuel », « nous devons imposer une taxe sur les transactions financières dans le monde entier », « les ressources ne doivent plus être contrôlées uniquement par la Banque mondiale et le FMI », « nous devons aller vers une organisation d’égaux, où toutes les nations ont une voix proportionnelle à leurs contributions », « Les Africains ne sont pas des mendiants » (3).

Ce sont des mouvements petits, mais importants, qui matérialiseront et traceront la voie de ce qui se passera lors du prochain sommet des BRICS à la mi-août. Plusieurs pays africains ont demandé leur adhésion ou se sont engagés à collaborer dans le cadre du format BRICS +, c’est-à-dire à travailler avec eux mais sans en être formellement membres : l’Algérie, l’Égypte, l’Éthiopie, les Comores, le Nigeria, le Sénégal, le Soudan, la Tunisie et le Zimbabwe.

Notes

(1) News24, 16 juin 2023.

(2) News24, 17 juin 2023.

(3) Today News Africa, 26 juin 2023.

Alberto Cruz est journaliste, politologue et écrivain. Son nouveau livre s’intitule « Les sorcières de la nuit ». Le 46e régiment « Taman » des aviateurs soviétiques dans la Seconde Guerre mondiale », édité par La Caída avec la collaboration du CEPRID et qui en est à sa troisième édition. Les commandes peuvent être passées libros.lacaida@gmail.com ou ceprid@nodo50.org Il peut également être trouvé dans les librairies.

albercruz@eresmas.com


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 4291762

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Territoires  Suivre la vie du site Afrique   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2p + ALTERNATIVES

Creative Commons License